La vente de véhicules neufs enregistre une chute. Les stocks s’accumulent chez les concessionnaires.
L’année 2009 sera noire pour les concessionnaires automobiles. Après d’excellents résultats, boostés par le démarrage des grands projets miniers au cours des deux exercices précédents, les perspectives s’annoncent maintenant catastrophiques.
Les dernières statistiques fournies par le Groupement des concessionnaires automobiles de Madagascar (GCAM) font état d’une baisse de plus de 65% des ventes par rapport à celles de 2008. De nombreux concessionnaires font face à des difficultés de trésorerie. A court terme, ils craignent même une possible mise au chômage technique d’une centaine d’employés.
«Aucune de nos entreprises membres ne peut résister à de telles baisses à long terme », déclare Daniel Rafidison, secrétaire général de la GCAM.
« Les importateurs automobiles affichent actuellement des pertes d’exploitation importantes. De plus, la dépréciation de l’ariary aggrave la situation, puisque le coût d’acquisition augmente fortement, décourageant ainsi les investisseurs, notamment les transporteurs, les opérateurs touristiques, les entreprises franches, les entreprises privées, et les particuliers», précise-t-il.
Stock impressionnant
Le nombre inhabituellement élevé des véhicules neufs stockés chez les concessionnaires illustre la gravité de la situation. A Anosizato, une centaine de véhicules 4×4 flambant neufs stationnent sur le parking d’un concessionnaire. Ce spectacle impressionnant est également constaté chez d’autres importateurs de véhicules neufs, comme à Andraharo.
Selon les explications, ce sont des stocks prévus pour le marché 2009, lequel devait marquer une hausse.
«Le marché automobile accélère le développement des entreprises privées et des organismes publics. Il est important à l’heure actuelle de réfléchir sur la manière de relancer ce secteur», souligne-t-on du côté du GCAM.
Plusieurs propositions émanant des concessionnaires sont à l’étude afin de sortir ce marché de la crise. Parmi les plus importantes figure l’ajustement des droits et taxes sur les importations de tous types de véhicules (utilitaires, de transport en commun, particuliers, et même les motos).
Les concessionnaires suggèrent également l’intervention au plus vite de l’État pour stabiliser le cours de l’ariary face à l’euro, à un niveau moyen se situant à Ar 2 500.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4302 du 06-05-2009