Des signes inquiétants apparaissent. L’inflation risque de gagner de nombreux secteurs, notamment, au niveau des produits d’importation ou des produits qui utilisent en partie des matières premières importées.
La dépréciation de l’ariary aura inévitablement des impacts sur le prix des produits. A commencer par le tarif des carburants à la pompe qui risque de connaître une révision à la hausse pour les prochaines livraisons. Il y a également les Produits de première nécessité (PPN) ainsi que les matériaux de construction, comme le ciment dont le prix du sac enregistre déjà une augmentation, depuis quelques semaines.
« La dépréciation de l’ariary est causée par la contraction de la recette en devises du pays et s’ajoute à l’affermissement du dollar sur le marché international », explique-t-on du côté de la Banque centrale de Madagascar. Cette dernière a également annoncé une intervention au niveau du Marché inter-bancaire de devises (MID) pour stabiliser l’ariary.
L’ariary a perdu près de 10% face au dollar et près de 1% face à l’euro durant le premier trimestre de cette année. Un glissement qui risque d’empirer aux vues du contexte actuel. Les exportations et le tourisme ne pourront pas reprendre de sitôt pour rétablir l’équilibre. En tout cas, la Banque centrale rassure qu’elle dispose encore de réserves pour faire face aux besoins.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4296 du 28-04-2009