Transports aériens. Qu’il vente ou qu’il pleuve, les compagnies aériennes ne baissent pas les bras. Air France pratique malgré la crise un prix plus que raisonnable.

La crise politique actuelle est lourde de conséquences pour le secteur des transports aériens. L’on apprend du Directeur Général de la compagnie Air France, Jean François Richard, que les engagements actuels de réservations de/vers Madagascar jusqu’à fin août accusent un retard d’environ 40%. D’après ces informations, toutes les compagnies desservant la Grande Ile doivent faire face à une baisse importante de la demande.
Réduction de fréquence. Les premières conséquences de la crise sont les annulations des réservations des passagers qui devaient se rendre à Madagascar. Les réservations de groupes vers Madagascar sont importantes. Toutes les compagnies aériennes sont confrontées au même problème. «Il y a  peu de monde dans les avions en ce moment», devait confier le DG d’Air France. Ceci a amené les transporteurs aériens, selon ce responsable, à réduire leur fréquence de vols. Ainsi, pour le cas de son entreprise, il indique qu’au lieu d’assurer 4 vols hebdomadaires, Air France ne fait plus que trois vols et ce, jusqu’à la fin du mois d’octobre prochain, c’est-à-dire durant la haute saison. Ceci constitue un coup dur pour le transporteur mais son DG assure que la compagnie serait en mesure de se reprendre rapidement pour revenir au programme de vols initial si la situation s’améliorait. «Malheureusement, face à la crise actuelle, nous ne pouvons que nous adapter», a-t-il affirmé. Malgré tout cela, la compagnie maintient son calendrier quant à l’exploitation des Boeing 777 sur la ligne Tana-Paris à partir du 29 juin prochain. «L’arrivée des Boeing 777 n’est pas remise en cause», a tenu à rassurer M. Jean François Richard. Pour dire que l’entreprise reste optimiste quant à l’avenir de ce secteur.
Vols directs. Par ailleurs, le Directeur Général d’Air France avait indiqué que depuis hier, 02 avril, les vols de la compagnie ne passent plus par l’île Maurice. «Il n’y a plus d’escale à l’île Maurice, tous les vols d’Air France sont de nouveau des vols directs», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Les équipages sont de nouveaux hébergés à Tana»
Cependant, il indique que les horaires des vols restent encore aménagés. L’interlocuteur de faire savoir : «L’avion décolle actuellement de Paris (CDG) en fin d’après-midi pour arriver à Ivato à 5 heures du matin ; puis quitte Tana à 7 h 25 pour arriver à Paris à 17 h 15» et d’assurer que l’arrivée à Paris a été programmée de manière à pouvoir offrir aux voyageurs un large choix de vols en correspondance avec la quasi-totalité des destinations du réseau d’Air France. Le DG note encore que ces horaires sont temporaires et que, dès que possible, les horaires habituels des vols seront  rétablis.
Mais revenant à la relance du secteur du tourisme et particulièrement du transport aérien, le DG d’Air France, Jean François Richard, lance un appel pour que toutes les parties prenantes se coordonnent avec l’Ontm et agissent ensemble dans le même sens pour faire revenir rapidement les visiteurs à Madagascar, tout en espérant que cela se fasse le plus rapidement possible.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7799 du 3 avril 2009