Après 6 mois de réparation, une des locomotives desservant la FCE est remise en service. Le trafic vers Manakara reprendra bientôt.
Jeudi 19 février fut un grand jour pour le réseau des chemins de fer Fianarantsoa-Côte Est (FCE). Des techniciens de Madarail, accompagné du directeur des matériels de la société, Joachim Randriamasinoro, ont remis à la gare de Fianarantsoa, la seconde locomotive envoyée à Antananarivo pour une révision générale, en juillet 2008.
Après environ six mois d’attente, les usagers de la ligne FCE sont sortis d’un véritable calvaire qu’ils ont dû endurer à partir du mois de décembre, quand la seule locomotive encore en service est tombée en panne.
« Prévues terminées en un mois, les réparations ont pris beaucoup plus de temps pour des raisons techniques. La plupart des pièces de rechange ont été importées, alors que les entreprises s’intéressent de moins en moins aux vieux matériels correspondant aux nôtres», a expliqué le directeur des matériels de Madarail.
Pressée de reprendre tout suite l’exploitation de la ligne, la FCE a effectué des essais à la périphérie de Fianarantsoa vendredi 20 février, dès l’installation de la locomotive.
«Les essais ont été concluants et nous pouvons assurer que la locomotive sera tout suite opérationnelle dès demain matin (ndlr : samedi) pour le trajet Fianarantsoa-Manakara», a affirmé Médard Rakotozafy, directeur de la FCE.
Si l’autre a pu tracter jusqu’à 105-110 tonnes de marchandise, celle-ci peut transporter 20 tonnes de plus. Les techniciens ont même garanti que la locomotive fonctionnera sans ennuis majeurs pendant deux à trois ans.
Outre le financement par ressource propre de l’intérieur (RPI) de l’Etat, à hauteur de 70 millions d’ariary pour chacune des deux locomotives, Madarail a participé au transport de cette machine pour sa réparation à Tana.
Mise en concession
«Les dépenses de transport ont été couvertes par le ministère de tutelle après une demande que nous avons déposée. Elles étaient vraiment très lourdes par rapport à la capacité financière de la société», a précisé le directeur de la FCE.
Pour le moment, la récupération des dépenses de réparation ne sera pas répercutée sur le tarif de la FCE.
« La décision de mise en concession de la ligne revient entièrement à l’Etat. Quoiqu’il en soit, le partenariat entre Madarail et la FCE reste évident, non seulement du point de vue technique mais aussi dans divers domaines. L’essentiel c’est de donner un niveau technique à la FCE », a conclu le directeur des matériels de Madarail.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4244 du 25-02-2009