Face à la situation qui prévaut dans le pays, une association des travailleurs a été créée par une trentaine de fondateurs. Elle regroupe les fonctionnaires, les employés de la zone Franche et du secteur privé ainsi que les opérateurs se lançant dans une profession libérale. Se sentant victimes depuis ces derniers temps par les troubles, ils réagissent et clament à haute voix: « Laissez-nous travailler en paix car cela met l’économie en ruine! », lors d’une conférence de presse organisée hier. En fait, ces travailleurs dénoncent qu’ils ne peuvent pas remplir normalement leurs tâches en raison des menaces infligées à certains d’entre eux.

Salaire réduit de moitié

Pour les employés dans la zone Franche, les impacts sont considérables et touchent consécutivement la vie des ménages. «  Nos patrons ferment leurs usines depuis quelques jours suite aux menaces et nous ne disposons plus des heures supplémentaires à cause du couvre-feu », a témoigné Berthe, une représentante au sein d’une entreprise franche. Du coup, leur salaire est maintenant réduit de moitié passant de 120 000 Ariary à 60 000 Ariary. Côté fonctionnaires, ils démentent que la plupart d’entre eux sont en grève. Au contraire, 90% des agents de l’Etat occupent leurs postes mais terminent tôt dans l’après-midi en raison de l’insécurité et du problème de transport pour rentrer chez eux. Ils promettent cependant qu’ils fonctionneront bientôt aux heures normales pour ne pas pénaliser les usagers en matière de fourniture de services publics.

Soutien au Président

Dans la foulée, ces travailleurs issus des différents secteurs manifestent qu’ils soutiennent le Président de la République Marc Ravalomanana, élu démocratiquement. De nombreux avantages ont été reçus par les fonctionnaires durant ce régime, telle la perception pour la première fois d’une indemnité d’installation à la retraite, le secours d’essai équivalant à 12 mois de salaire, l’augmentation à 12 fois de plus l’indemnité de déplacement et bientôt les logements des fonctionnaires. Les employés privés veulent à tout prix la stabilité sinon ils vont perdre leur boulot. Raison pour laquelle, ils mobilisent tous leurs pairs à défendre la légalité tout en les sollicitant à travailler dans la sérénité en tant qu’acteurs principaux de développement. Ils se donnent ainsi rendez-vous ce jour au palais de Mahamasina pour exprimer ouvertement leur choix.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7759 du 14 février 2009