Des milliers de personnes risquent de se retrouver au chômage technique dans les prochaines semaines à moins qu’il y ait une issue dans cette crise. 
La crise politique que traverse le pays est loin d’être bénéfique pour le tourisme et pour l’économie du pays en général. L’on apprend alors du Président du Conseil d’Administration de l’office National Malgache du Tourisme, Joël Randriamandranto, que les réservations pour les mois de janvier, février et mars sont pratiquement toutes annulées. Ce qui veut dire qu’aucun touriste ne viendra dans la Grande île durant le premier trimestre de cette année.

Chômage technique

La situation est critique pour le tourisme puisque les échos de ces troubles sur le plan international ne jouent guère en faveur de la destination. Conséquence de ce manque de clients, les établissements hôteliers, d’après encore le Pca de l’Ontm, ont commencé à mettre leur personnel en chômage technique et les tours opérateurs ne vont pas tarder à le faire si la crise reste sans solution. Il faut noter qu’à Nosy Be, les promoteurs touristiques font savoir que les infrastructures hôtelières de l’île au parfum sont en ce moment fermées à 95%.
Sur le plan de la promotion, l’Ontm affirme qu’il continue à rassurer les partenaires du pays à l’extérieur. «La saison peut encore être sauvée si la crise s’arrête très rapidement», avance M Joël Randriamandranto qui ajoute que jusqu’à présent, et heureusement, aucun touriste n’a été touché ni blessé.
Quoi qu’il en soit, l’Ontm tient, par l’intermédiaire de son PCA, à réaffirmer qu’il y a intérêt à ce que cette crise prenne fin très rapidement. «Cette crise, si elle perdure risque de mettre toute l’économie du pays en ruine», avertit M Joël Randriamandranto. Crise financière aidant.
Par ailleurs, l’on apprend toujours au niveau de l’Office National du Tourisme de Madagascar que les promoteurs du secteur maintiennent leur participation aux salons internationaux du tourisme.

Promotion extérieure

Une délégation de professionnels malgaches ira par exemple à Milan dans le cadre de la Bourse Internationale du Tourisme ou BIT Milan, qui se tiendra dans cette ville italienne dans une dizaine de jours. M Joël Randriamandranto de déclarer que la présence de Madagascar dans ces grands rendez-vous des professionnels du tourisme jouera un rôle très important dans le contexte actuel. Si les opérateurs annulent leur participation à ces salons, ceci équivaut à une disparition de la destination des catalogues des organiseurs de voyages, a-t-il expliqué. Et de poursuivre, ce sera une occasion de rassurer les partenaires et les clients, qui se posent en ce moment beaucoup de questions sur Madagascar. Ce fut d’ailleurs le cas lors du salon Fitur de Madrid qui s’était déroulé dans cette ville espagnole du 28 janvier au 1er février dernier.  

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7756 du 11 février 2009