Les professionnels du tourisme venus à Madrid ont comme principale préoccupation,  la crise financière. La crise politique malgache est aussi une très mauvaise chose pour le secteur.
La délégation malgache au salon International du Tourisme, Fitur de Madrid n’avait pas besoin de cela. En effet, les journaux espagnols, en l’occurrence, El Pais et La Razon, deux des titres ayant le plus gros tirage dans le pays, et distribués gratuitement dans le salon, à l’occasion du Fitur 2009, parlent  de cette crise avec des illustrations. Une situation qui risque d’avoir des échos négatifs pour la destination. «Le Maire de la Capitale se soulève contre le Président de la République Marc Ravalomanana», titre La Razon, qui fournit des statistiques sur les dégâts causés par les affrontements entre les partisans des deux parties. L’autre journal titre sur le nombre de victimes dans la Grande île.

Arrêter la crise

Heureusement que pour l’instant, les professionnels espagnols venus au stand de Madagascar semblent ne pas trop prêter une attention particulière à ces informations, qui pourtant ont entraîné beaucoup d’annulations de réservations sur les marchés français et britanniques, la crise financière étant peut-être très forte. De son côté, l’Office du Tourisme de Madagascar, affirme que les visiteurs passent quand même au stand et que les rendez-vous avec les différents partenaires étaient toujours maintenus. Pour dire qu’il y a encore de l’espoir que le tourisme malgache, du moins sur le marché espagnol, puisse encore tenir la route, sachant que les Espagnols aiment beaucoup voyager et que les produits proposés par Madagascar cadrent bien avec la demande des touristes de ce pays. «Nous avons encore une chance de sauver la saison touristique  si les deux parties impliquées dans cette crise parviennent à trouver une solution dans les plus brefs délais», note-t-on du côté de l’Ontm. 

Marché en devenir

Pour en revenir au salon Fitur, il faut noter que les Espagnols présentent un intérêt particulier pour la destination. «Les gens ici ne sont pas suffisamment informés sur la destination mais ils aiment bien les produits touristiques malgache, découverte, hôtels de plage…», fait savoir François Gely, Directeur Général de Tropic Tours Travel. Il ajoute : «L’Espagne constitue un grand réservoir de touristes et il appartient aux professionnels et à l’Ontm de faire la promotion de l’île dans ce pays européen». «Il suffit qu’il y ait une liaison aérienne entre Madagascar et l’Espagne et tout partira» conclut-il. «L’Espagne est un marché en devenir pour Madagascar», lance un autre opérateur touristique. 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7748 du 1 février 2009