Défait par Andrianampoinimerina après une résistance ardue, Andrianamboatsimarofy quitte Antananarivo et pousse plus à l’ouest, à Anosizato, tandis qu’il installe son fils Ramaromanompo à Ambohijoky sous la protection des Manisotra. Ce sont des localités d’Ambodirano. À la mort de son père, Ramaromanompo vient prendre sa succession, ce qui ne fait pas la joie de tous, au contraire. C’est le cas de Razakatahiny et de ses partisans qui proposent leur alliance à Andrianampoinimerina.
Rabefiraisana des Tsimahafotsy, envoyé pour le tester, le voit en train de réunir les habitants de sa localité, Fandravazana, et les inciter à se mettre sous la protection du roi d’Ambohimanga. Kabary qui se base sur la célébrité et la puissance de celui-ci car «la terre lui appartient». Poursuivant sa tournée, il arrive à Fenoarivo où il soudoie une partie de la population à s’allier avec Andrianampoinimerina. «En agissant ainsi, vous respecterez les volontés d’Andriamasinavalona». Elle se laisse facilement influencer par Razakatahiny qui ne manque pas d’annoncer au roi que la voie est libre. «Nous sommes vos serviteurs, Ambodirano sera à vous sans qu’un coup de feu n’éclate».
Et tandis qu’Andrianampoinimerina y dépêche Rabefiraisana et ses hommes pour combattre Ramaromanompo, Razakatahiny demande à ses partisans de ne pas tirer. De même, il s’empresse de rejoindre les Tsimahafotsy à Fenoarivo pour leur suggérer «de ne pas dépenser inutilement leurs munitions». Revenant à Anosizato, il promet à Ramaromanompo, complètement atterré par l’arrivée des troupes Tsimahafotsy, sa protection avant de l’enfermer «par mesure de sécurité». Enfin, à la tête d’Ambodirano, il accueille Rabefiraisana. Ce que voyant, Ramaromanompo conclut qu’il a été trahi et que sa vie est en danger.
Mais en apprenant la nouvelle, Ramahaibola et ses Manisotra se dépêchent de bloquer la sortie des Tsimahafotsy d’Anosizato. Connaissant le grand attachement que ces valeureux guerriers vouent à leur seigneur et comprenant que le combat va s’engager, Razakatahiny propose à Rabefiraisana d’ouvrir une voie par laquelle une escorte armée fera sortir Ramaromanompo. Car les Manisotra ne doutent pas un instant qu’ils arriveront à libérer leur maître.
Razakatahiny tente de les apaiser, mais il ne fait qu’attiser leur fureur. Ils le menacent même de représailles contre sa famille s’il essaie de quitter Anosizato. Il ne se laisse pas impressionner pour autant, la localité étant déjà entre les mains des Tsimahafotsy et Ramahaibola décide de se replier pour protéger sa citadelle.
De retour à Ambohimanga, Rabefiraisana fait l’éloge de Razakatahiny resté loyal face aux guerriers Manisotra vindicatifs, et qui mérite d’être nommé Loholona. Sitôt dit, sitôt fait, Razakatahiny doit poursuivre sa mission. «Nombreux sont les Andriana et les Hova d’Ambodirano qui acceptent de devenir les enfants du roi d’Ambohimanga généreux envers ceux qui le considèrent comme le seul maître de la terre».
Bientôt il ne reste plus qu’Ambohijoky et les Manisotra à lui résister. Partout où ils se trouvent, la bataille est ardue. D’autant plus virulente que, pour eux, Razakatahiny est l’ennemi n°1 pour avoir livré son propre seigneur. Ils lui tendent alors un piège. Ils font sortir de leur citadelle 1 000 zébus, ce que voyant Razakatahiny croit en leur fuite et demande à ses hommes de s’en emparer. Occupés à regrouper les animaux, ils ne voient pas les Manisotra arriver pour les décimer. Il s’en faut de peu que Razakatahiny ne soit fait prisonnier sinon tué.
Finalement, Andrianampoinimerina décide d’y aller en personne pour les soumettre. Ce qui est facile à dire car il faut trois batailles avant qu’ils ne jettent leurs armes.
Pour marquer sa considération envers Razakatahiny qui n’est pas de souche noble, le roi se concerte avec lui publiquement avant de prononcer son kabary et de le présenter au peuple en tant que «Raiamandreny d’Ambodirano».

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4210 du 16-01-2009