Le solstice franchi, nous sommes bel et  bien entrés dans l’été austral depuis hier, tandis que dans l’hémisphère nord, ils sont entrés, au même moment, dans l’hiver boréal. Le monde est ainsi fait, en étant à la fois une chose et son contraire, de part et d’autre de l’équateur.

Sources de bien des traditions, mais aussi de croyances, hiver comme été, les  solstices de juin et de décembre continuent d’entretenir des pratiques chargées de symbolisme depuis la nuit des temps.
Ils donnent surtout lieu à des réjouissances pour célébrer entre autres, l’abondance de biens, partagée au cours d’agapes généreuses, pour le bien-être physique et la sérénité mentale.
Mais la date du 21 décembre 2012, au centre de beaucoup de spéculations divinatoires,  laisse ces temps-ci planer beaucoup plus d’inquiétude métaphysique que de tranquillité spirituelle.
Toutes les traditions et les civilisations se prévalant de quelque culture prédicatrice, sont unanimes à fixer la fin du monde à cette date, sans qu’il n’y ait le moindre lien entre elles. Ni dans le temps, ni dans l’espace.
Ainsi, Incas et Mayas, mais aussi Celtes, Hindous et Chinois, depuis que l’homme s’est mis à interroger l’avenir, son avenir, affirment dans leurs recherches que toute vie prendra fin à cette date sur notre bonne vieille Terre !
Si les scientifiques en sourient, le bon peuple, lui, est troublé par une telle révélation. Sa crédulité y est évidemment pour beaucoup, et ses interrogations ne trouvent aucune réponse qui puisse l’apaiser.
Plus prosaïquement, les scientifiques affirment que l’alignement de certaines planètes, prévu à cette date, pourrait effectivement, provoquer des désordres et  entraîner des perturbations d’ordre magnétique, plus ou moins graves. Mais de là à prédire la fin du monde, il y a un pas qu’ils refusent de franchir. Jusqu’à preuve du contraire, le 21 décembre 2012, est pour eux, la date d’un solstice. Celui de l’hiver dans l’hémisphère nord et celui de l’été dans l’hémisphère sud.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7714 du 22 décembre 2008