La région Atsinanana vient de remettre un chèque de Ar 60 millions à titre de compensation à l’exploitation de cette ligne. 

Les nostalgiques du train voyageur de l’ancien Rncfm peuvent désormais se réjouir de la reprise du trafic entre Moramanga et Toamasina par Madarail, qui a été lancé au mois de mars dernier. Depuis la reprise de ce train baptisé «Dia Soa» de Madarail jusqu’au mois d’août dernier, l’on apprend que près de 46 000 personnes, plus précisément 45 969, ont déjà opté pour le voyage en chemin de fer et rien que pour le mois d’août, la société Madarail avait transporté (dans les deux sens confondus) 10 312 passagers. Pour dire que le train voyageur est appelé à connaître un vrai succès, d’autant plus que ce train roule désormais de jour depuis le 1er octobre dernier.

Touristes

Les responsables de Madarail confient que de plus en plus de touristes empruntent ce train pour descendre sur la capitale du Betsimisaraka à partir de Moramanga ou pour faire le trajet en sens inverse. Le fait de rouler le jour permettra aux voyageurs, particulièrement les touristes, de faire des découvertes tout au long du trajet. Faut-il rappeler que le train passe par des endroits comme Andasibe, Brickaville, Ambila Lemaitso ou encore Ivondro qui sont des sites touristiques.  Faut-il également noter que cette partie Est de l’île est dotée d’un potentiel touristique unique au monde. Voilà donc un circuit touristique original tout fait pour les tours opérateurs.   
Ce transport de passagers de Madarail a résolu le problème d’inaccessibilité dans les zones non desservies par la RN2. Faut-il noter que le train voyageur Dia Soa relie 24 gares entre Moramanga et Toamasina. Le trajet dure environ 17 heures et les frais sont évalués à 1 800 Ariary par tranche de 50 km, ce qui fait que l’ensemble du voyage coûte 9 000 Ariary.
Mais pour remettre en marche ce train sur la ligne Moramanga-Toamasina, il faut noter que Madarail a dû faire appel à des partenaires, dont la région Atsinanana et les grandes sociétés de la capitale du Betsimisaraka, pour l’appuyer financièrement. En effet, l’exploitation du train voyageur est encore loin d’être rentable pour l’entreprise qui a besoin d’une subvention d’équilibre. Mais vu le succès que connaît celui-ci, les responsables au niveau de la région Atsinanana estiment que l’on peut atteindre dans les prochains mois l’objectif de ramener à zéro les subventions. 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7657 du 15 octobre 2008