Le directeur de Madarail Toamasina, Ramamonjisoa Arthur, a officiellement reçu, le jeudi 9 octobre dernier, le chèque de la deuxième subvention de la Région Atsinanana à la société Madarail pour financer la remise en fonction du train entre Toamasina et Moramanga. Comme à la première tranche, cette deuxième tranche se chiffre à Ariary 60 000 (300 000 Fmg). Outre la Région Atsinanana, d’autres entreprises privées partenaires ont contribué au montage financier de ce montant, tel que le projet Ambatovy et la SPAT.

En effet, la remise en fonction du transport ferroviaire dans les conditions actuelles relève plus du service public que d’une opération commerciale. La rentabilité n’y est pas. Madarail y perd plusieurs centaines de millions qui sont donc renflouées à coup de subvention. Mais le rail est la voie de desserte, avec le canal des Pangalanes qui connaît cependant toute une série de contraintes, qui puisse desservir toute la zone de la rocade littorale située entre Mahatsara et Brickaville. Cette zone est tombée en décrépitude depuis l’arrêt du transport ferroviaire.

Depuis la relance du service dénommé « DIA SOA » (Bon voyage), le trafic s’est considérablement accru, tant en terme de passagers qu’en terme de fret. A partir du 1er octobre 2008, les wagons de voyageurs ont été augmentés d’une unité, donc 3 wagons au lieu de 2. Même augmentation pour les wagons de marchandises, 3 au lieu de 2. « DIA SOA » fait toujours 3 allers et retours par semaine ; de nuit au début, de jour maintenant conformément au désir des usagers.

Extrait Madagascar Tribune – lundi 13 octobre 2008