Après les Etats-Unis en novembre, et la France en début du mois de décembre, le deuxième épisode du célèbre dessin animé produit par Dream Works passera à Madagascar avant Noël. Les aventures des animaux fugitifs du zoo de New York continuent.
En avant-première, le film d’animation « Madagascar 2», en format 35 mm, sera projeté au Centre culturel Albert Camus, le 17 novembre pour les VIP. Le grand public aura droit à deux séances au cinéma Ritz les 19 et le 24 décembre.
«Notre but est de satisfaire les jeunes cinéphiles de la capitale. Nous continuerons dans ce sens », lance Andry Raobelina, gérant de Canal 7 vidéos. «Actuellement, nous avons déjà passé un accord avec Paramount Pictures pour la projection de quelques films du box office hollywoodien. Nous allons faire de « Madagascar escape 2 Africa» un évènement hors du commun» affirme-t-il.
«Pour l’instant, ce sont les jeunes qui sont gâtés. L’année prochaine, Canal 7 vidéos mettra à l’affiche des longs métrages comme le dernier Harry Potter ou Spiderman», continue Mahery Raobelina, un autre responsable.
Pour les projections de «Madagascar 2 », 2000 places sont déjà réservées par des instituts et quelques écoles de la capitale.

Film d’animation
Date de sortie : 7 novembre 2008 aux Etats-Unis
Réalisé par : Eric DARNELL , Tom McGrath
Pays de production : United States
Titre original : Madagascar 2
Distributeur : Paramount Pictures France
Synopsis
Toutes les adorables créatures de « Madagascar » sont de retour : le lion Alex, le zèbre Marty, la girafe Melman, l’hippopotame Gloria, le Roi Julien, Maurice et les pingouins… Aucun ne manque à l’appel.
Après s’être échoués sur les rivages lointains de Madagascar, nos New-yorkais ont concocté un plan dément – si dément qu’il pourrait bien réussir! Avec une discipline quasi militaire, les pingouins ont rafistolé une épave d’avion, et au terme d’un vol chaotique à souhait, l’improbable équipage a pu rallier les vastes plaines d’Afrique. Les anciens pensionnaires du zoo de Central Park rencontrent alors pour la première fois leurs familles respectives dans leur habitat naturel.
Une occasion unique de renouer avec leurs racines, mais aussi de mesurer le gouffre qui sépare la nature de la civilisation.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4130 du 11-10-2008