Ruée vers les cartables et sacs à dos

Les parents, les retardataires, sont accourus, hier, au marché de Mahamasina pour compléter ce qui doivent l’être dans les fournitures scolaires de leurs enfants. Mais le constat que l’on a pu faire est que ces derniers n’étaient plus venus pour acheter les cahiers, livres ou stylos mais se sont surtout intéressés aux cartables et sacs à dos.
Il y avait tout ce dont une mère, désirant satisfaire les petits caprices de sa progéniture, pouvait rêver. Les cartables Barbie, Dora… pour les filles ; Spiderman, Batman, Naruto, Mickey… pour les garçons, tout le monde était servi mais seulement, les mères de familles se sont plaintes des prix de ces articles. En effet, les prix de ces sacs et cartables actuellement à la mode, peuvent aller jusqu’à 24 000 ariary alors que l’on négocie chez le fripier. A noter que le moins cher de ces articles se vendait hier à 12 000 Ariary. «C’est cher mais la qualité est meilleure qu’au marché de Chinatown», commente une mère de famille qui cherchait un petit sac à dos pour sa petite fille entrant cette année en Grande Section dans une école privée de la capitale. 

Très tôt

La ruée vers les sacs à dos et cartables friperies avait commencé hier très tôt au marché de Mahamasina. Les commerçants qui avaient ces types d’articles n’ont pas chômé. Les premiers venus furent les premiers servis, il ne fallait pas arriver trop tard, hier, puisque tout le monde voulait la même chose. Selon les témoignages de Ndrina, un fripier de Mahamasina ayant fait exprès d’acheter des balles composées exclusivement de petits sacs à dos et cartables imprimés de la photos de héros de dessins animés, les clientes demandaient presque toutes Naruto, Spiderman, Mickey, les Barbies ou encore Dora. «Il y en avait plein ce matin mais tout ou presque a été vendu», confie toujours le commerçant. Celui-ci d’expliquer que les articles qu’il vend sont préférés aux produits vendus à Behoririka dans les boutiques chinoises parce que ces sacs et cartables pour enfants viennent d’Europe du Canada ou des Etats-Unis donc de meilleure qualité.  
Encore une fois, les friperies sauvent les ménages malgaches. En effet, le phénomène de friperie touche de plus en plus de population à Madagascar.    

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7617 du 29 août 2008