Tourisme. Nosy Boraha a perdu beaucoup de ses cocotiers qui faisaient la beauté de  l’île.

Lourdement frappée par le cyclone Yvan en début d’année, l’île de Sainte-Marie avait tout perdu et porte encore les séquelles du passage de cette catastrophe naturelle. Les opérateurs touristiques avaient tout perdu mais ils se sont tout de suite mis au travail pour réparer les dégâts que le cyclone Yvan avait laissés derrière lui. Actuellement, cette destination touristique très prisée pour ses baleines, en festival actuellement dans les eaux du canal séparant la Grande Terre et la Nosy Boraha, accueille sereinement les touristes qui viennent en masse en ce moment pour voir ces mammifères.

Rapidement

Les efforts fournis par les promoteurs locaux après le cyclone Yvan sont en train de porter leurs fruits. En effet, tous les opérateurs touristiques de Sainte Marie ont été victimes de cette tempête et la situation a été aggravée, d’après une responsable d’un établissement hôtelier de la place, par les informations négatives véhiculées sur la petite île de l’Est de Madagascar. Maintenant, tout va pour le mieux et malgré que chacun ait dû y mettre du sien pour remettre son établissement en état avant la haute saison, les visiteurs ont répondu présents.
«Les bungalows étaient détruits, les toitures des restaurants ont été emportées par les rafales de vents qui avaient atteint 250 km/h», ce fut la déclaration d’un opérateur au Nord de l’île de Sainte-Marie revenant sur les dégâts cycloniques. Il ajoute que 23 cocotiers ont été rasés par le cyclone dans sa propriété et l’un d’entre eux était tombé sur le restaurant. Pourtant, ces cocotiers donnaient à cet établissement une image unique dans toute la ville de Sainte-Marie. Comme tous les autres promoteurs, il a dû tout remettre en ordre, et très rapidement, pour pouvoir recevoir les touristes pendant la haute saison.
Tout est bien qui finit bien pour Nosy Boraha qui table cette année sur une croissance de 15 points des arrivées touristiques. Le fait marquant qu’un promoteur local a révélé est l’augmentation du nombre de touristes sud-africains dans l’île de Sainte-Marie.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7611 du 22 Août 2008