Tout comme le canal de Mozambique, l’océan Indien constitue une zone de navigation internationale pour les navires transporteurs de produits pétroliers. Aussi, les îles de la région sont -elles exposés aux risques de déversement des hydrocarbures. 500 millions de tonnes de pétrole brut passent à proximité de ces dernières. 1 200 voyages par an sont effectués par ces navires.
En ce qui concerne Madagascar, 700 000 tonnes d’hydrocarbures passent dans l’écosystème marin. Le passage des cyclones dans le pays favorise les accidents maritimes, facteurs de pollution. Face à cette situation, les pays de l’océan Indien se préparent à mettre en place un tribunal compétent pour traiter les dossiers relatifs aux hydrocarbures. Un atelier de formation destiné aux juges se tient du 18 au 22 août au siège de l’OLEP (Organe de lutte et prévention contre l’avènement de la pollution marine), à Ambatobe. Maurice, Comores, Seychelles y sont représentés.
« Conformément aux dispositions de la Convention internationale de 1992 sur la responsabilité civile pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures, ce tribunal aura pour mission de fixer les dédommagements » souligne le ministre de l’Environnement et du Tourisme.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4084 du 19-08-2008