COMMERCE EQUITABLE. Cette notion touche les différents secteurs d’activité dont l’artisanat. 

Entre 3 000 à 4 000 Euros. Tel est le coût de la certification de Commerce Equitable pour une entreprise ou un groupement professionnel qui vise le marché international. Outre ce coût onéreux, les procédures à suivre peuvent durer jusqu’à 2 ans et demi. C’est pourquoi le programme Madacraft d’une valeur de 1 million d’Euros dont 700 000 Euros proviennent de l’Union Européenne est mis en œuvre pour soutenir 900 artisans afin qu’ils obtiennent cette certification, après les avoir professionnalisés. C’est ce qu’a expliqué Lizah Ndrialisoa, chef de projet formation Madacraft lors de la soutenance de 12 meilleurs artisans ayant suivi une formation pendant 6 mois.

Une commande à partager

Ce programme qui a démarré en juillet 2007 durera jusqu’en 2009. Des artisans ayant une expérience professionnelle d’au moins 1 an et qui dirigent leur propre atelier dans les 4 grandes villes de Madagascar, à savoir Antananarivo, Mahajanga, Antsiranana et Toamasina, en sont les bénéficiaires. « Ils deviennent de vrais entrepreneurs capables d’investir dans leur secteur à travers leur mise en relation avec les institutions de microfinance et peuvent en même temps être compétitifs pour accéder au marché tant local qu’international avec notre appui », a évoqué Lizah Ndrialisoa. A titre d’illustration, Madacraft a déjà trouvé des débouchés sur le marché du Commerce Equitable pour la coopérative d’artisans dénommée CforC. Il s’agit, entre autres, de la commande de 300 vestes de gardes forestiers à expédier en France à la fin de ce mois-ci. Cette commande sera à partager entre les groupements des artisans couturiers, des brodeuses et sérigraphes, a-t-elle rajouté. Parlant du processus de certification de Commerce Equitable, à part le paiement des cotisations annuelles, des audits et contre-audits ainsi qu’une visite inopinée des ateliers des artisans par des Certificateurs Internationaux, seront à la charge du demandeur.

Centrale d’achat à installer

« Grâce à cette formation, je peux maintenant créer mes propres modèles tout en sachant calculer mes prix de revient si auparavant je n’ai fait que dupliquer les design de mes parents et déterminer mon bénéfice sur la base du coût des matières premières  », a témoigné Rafalindrina Jean Basile, un artisan. Il envisage ainsi d’étendre son atelier et de diversifier ses produits. En effet, cet artisan se limite pour l’heure à fabriquer des chapeaux en « penjy » avec une capacité de production de 1 200 pièces par semaine. En outre, Madacraft appuie gratuitement ces artisans professionnels ayant acquis la notion de Commerce Equitable dans le processus d’exportation de leurs produits. Cette notion vise à garantir le respect des droits de l’homme et de la nature dans tous les processus de production auprès des acheteurs.  Par ailleurs, une centrale d’achat des matières premières sera incessamment installée en plus de l’identification des produits financiers adaptés aux besoins des artisans. 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7608 du 19 Août 2008