Les funérailles de Herizo Razafimahaleo ont eu lieu hier à Ambositra. Une foule de proches, d’amis, de politiciens, d’opérateurs économiques ont tenu à accompagner le défenseur de l’éthique politique à sa dernière demeure.
La scène s’est passée à quelques kilomètres de l’entrée de la ville d’Ambositra, mardi en début de soirée. Le long de la route, plusieurs personnes brandissaient une bougie, rendant hommage au passage du cortège funèbre de Herizo Razafimahaleo en provenance d’Antananarivo.
L’image symbolise le retour définitif du fils de la région, qui y avait fondé une usine de fabrication de bougies et d’allumettes, l’AFOMA (Afokasoka malagasy).
La veillée mortuaire a eu lieu dans la Villa Rabenja, du nom du grand-père du défunt. La bâtisse, de couleur ocre, celle de la terre ancestrale, se trouve à Ambatomana. Elle trône, majes- tueuse, sur une colline, bordant la RN 7, donnant sur une plaine de rizières verdoyantes et l’usine de la société AFOMA.
Mercredi, la météo, clémente, semblait bénir la cérémonie, tout en trahissant la période de froid qui caractérise l’hiver sur les Hautes-terres, surtout dans cette région de l’Amoron’i Mania. Le beau temps et le bleu du ciel ont contrasté avec les crachins et le gris des précédentes journées.
Depuis mardi, les dirigeants de l’entreprise AFOMA, la plus grande industrie locale, ont décidé de suspendre momentanément la production. Ils ont voulu permettre aux salariés d’assister aux funérailles.
«Let it be»
Ces derniers ne seront pas les seuls à rendre hommage au grand patron. Toute la ville affluait à Ambatomana pour témoigner sa sympathie à la famille du défunt. Plusieurs personnalités issues du monde politique, économique et social, en provenance de la capitale ont aussi fait le déplacement pour le conduire à sa dernière demeure. Les autorités locales et nationales ont également été présentes au rendez-vous.
La présentation des condoléances a commencé quelques minutes après l’arrivée de la dépouille. Elle s’est poursuivie toute la journée du mercredi, sans que la file d’attente ait été interrompue. Vers 16h30, alors que le soleil amorçait sa descente, le corps est enfin levé.
La dépouille a quitté la Villa Rabenja sous les airs de «Let it be» et de «Hey Jude», deux tubes des Beatles que le défunt appréciait particulièrement et qu’il jouait «souvent, lorsqu’il en avait l’occasion de son vivant», rappelle Manassé Esoavelomandroso, secrétaire général du parti Libéralisme économique et actions démocratiques, le Leader Fanilo que son fondateur vient de quitter à jamais.

Ils ont dit :
• Sareraka
(chanteur, originaire d’Ambositra) :
Il faut se prosterner devant la dépouille de Herizo Razafimahaleo, un natif d’Ambositra. Rares sont les personnalités qui sont à la fois un intellectuel, un opérateur économique et un homme politique. Ses points de vue en 2002 ne sont compris qu’aujourd’hui. Nous espérons que cette compréhension soit accompagnée d’actions.
• Rapelanoro (membre de la famille) : Herizo Razafimahaleo laissera un vide incommensurable dans la vie politique et économique du pays. Il a su prêter attention aux problèmes de ses concitoyens.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4069 du 31-07-2008