L’assainissement dans le domaine forestier se poursuit. Un ratissage sur les bois précieux sera entamé prochainement. L’ exploitation ne reprendra qu’ à la fin de l’ exercice
Le ministère de l’Environnement, des eaux et forêts et du Tourisme lancera très bientôt un programme de ratissage sur les bois précieux. C’est seulement à la fin de cet exercice que les exploitations forestières ainsi que les exportations seront de nouveau autorisées.
Cette déclaration a été faite hier par le ministre Harison Randriarimanana, en marge de la cérémonie de lancement de l’annuaire du tourisme de Madagascar, édition 2008.
Ce programme vise à comptabiliser les bois ravagés par le passage des cyclones et les exportations de bois précieux et faire un inventaire du stock actuel, afin de mettre un frein aux exploitations illicites.
Eclaircissement
Selon le ministre, seuls les bois abattus par le passage des cyclones dans la période 2004-2005 ont obtenu une autorisation d’évacuation. Les excédents seraient ainsi mis à la disposition des artisans pour la fabrication d’objets d’art.
« Or, jusqu’ici ce sont des bois fraîchement coupés qui sont découverts », avoue-t-il.
Le premier responsable de ce département ministériel a aussi apporté un éclaircissement sur l’affaire des 10 000 rondins de bois de rose attribués à la société chinoise Super Wood Work à l’issue d’un appel d’offres. « Puisque l’affaire a été conclue au niveau du tribunal, je tiens maintenant à parler ouvertement de ce sujet qui a fait la une des journaux . », a-t-il déclaré devant les membres de la presse.
« Cette société adjudicataire a proposé le prix le plus élevé et elle a bel et bien payé en totalité le montant qu’elle devait à l’État malgache », a avancé Harison Randriarimanana. « Et si le paiement a été retardé, c’est parce qu’il a fallu attendre les deux numéros de compte que devait fournir le ministère des Finances », a-t-il continué.
Le paiement a été fait en deux tranches : 6, 115 milliards d’ariary ont été versés à la caisse du Trésor et 2 millions de dollars auprès de la Banque centrale.
A propos de la pénalisation qui, selon certains , aurait dû être appliquée à la société Super Wood Work, le ministre a confirmé que cette dernière n’a pas dépassé les dix jours qui lui ont été accordés après la notification, pour l’enlèvement de la marchandise.
Ce qui suppose que les frais de gardiennage fixés à 500 000 ariary par jour ne leur ont pas été imposés.
En outre, une autorisation exceptionnelle d’exportation a été approuvée par le Conseil du gouvernement en faveur de l’adjudicataire.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4064 du 25-07-2008