La sensibilisation de la population autochtone afin de préserver l’environnement aux alentours des réserves naturelles et des forêts reste encore un défi à relever. Ce constat émane de la présentation du rapport d’activité et de recherche du Projet biodiversité et biogéographie de Madagascar, vendredi à Antanimena.
« En dix ans, nous nous sommes rendu compte qu’il y a encore beaucoup à faire au niveau de l’éducation de la population pour préserver l’environnement », souligne Jean Freddy Ranaivoarisoa, superviseur du projet. D’après les études effectuées, ce responsable confirme que les Malgaches ignorent encore l’importance de l’environnement, surtout la population de la partie ouest et nord de l’île.
« Dans ces régions de Madagascar, d’Ankazobe jusqu’à Antsirananana, les gens ont l’habitude de brûler les espaces verts. Ce sont surtout les gardiens de bœufs qui le font », explique-t-il.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4060 du 21-07-2008