Tourisme. Avec l’appui de Cap Export, Go To Madagascar a fait un voyage «découverte» dans la capitale de la vanille.

La région de la Sava (Sambava, Antalaha, Vohémar et Andapa) est une destination d’avenir pour le tourisme. C’est ce que le Groupement professionnel du Tourisme, Go To Madagascar a tiré d’un  voyage de prospection effectué par ses membres dans cette partie nord de l’île, du 20 au 25 mai dernier. La Présidente du groupement, Sonja Ranarivelo a déclaré : «Ce voyage a permis à la délégation, composée principalement de tours opérateurs et agents de voyages de découvrir cette destination, qui était jusqu’ici très peu connue». L’idée était de mieux connaître ce produit pour mieux le vendre, a-t-elle ajouté. Celle-ci fait alors savoir que la Sava pourrait être vendue par les professionnels du voyage à partir de l’année prochaine.

Agrotourisme

La Sava pourrait constituer, avec Nosy Be et Antsiranana, ce que les professionnels du tourisme appelleront «la route du nord», explique toujours la présidente de Go To Madagascar. Cette région dispose d’une potentialité touristique intéressante. La Sava est riche grâce à la vanille et cela donne la possibilité de pratiquer l’agrotourisme, c’est-à-dire, faire venir et faire participer les touristes aux activités dans les plantations de vanille. En plus de cela, il y a à Andapa le parc national de Marojejy et celui d’Anjanaharibe-Sud. Les autres localités ont également des produits touristiques authentiques.

L’on apprend de ce groupement que la Sava n’a pas à rougir de la qualité de ses infrastructures d’accueil comparées à celle des autres sites similaires. Pour le moment, ce sont les hommes d’affaires, professionnels de la vanille, qui viennent dans ces hôtels, notent toujours les membres tout en assurant que le tourisme n’attend qu’à être développé dans cette partie de Madagascar. 

Destination chère

Cependant, les membres de Go To Madagascar, reconnaissent que la Sava reste encore une destination chère. Sonja Ranarivelo explique que ceci est dû au fait qu’il y a très peu de liaison aérienne entre les localités de la Sava d’une part, et entre ces dernières et les autres sites comme Antsiranana, Nosy Be, ou encore Toamasina. Il est aussi difficile d’accéder à la région de la Sava par la route. A ce sujet, la présidente de noter que Go To Madagascar a émis le souhait que la compagnie Air Madagascar mette les liaisons aériennes qu’il faut pour accompagner le développement de la Sava. Par ailleurs, elle a noté que l’ouverture de la route Vohémar Ambilobe ou Bealanana-Andapa aidera beaucoup cette région.

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7582 du 18 juillet 2008