Bonne nouvelle pour les adeptes du tourisme de croisière. Des droits variables ont été fixés en fonction de la durée du séjour.
La loi de Finances rectificative stipule l’application de visas variables. Des droits différents ont été imposés sur chaque visa de passeport des étrangers, selon la durée de leur séjour.
Le droit de visa pour un séjour de 72 heures ou plus, pour tourisme de croisière, est fixé à 50 000 ariary. Pour un séjour d’une durée inférieure ou égale à trois mois, y compris le transit, le droit de visa s’élève à 140 000 ariary. Et ce droit pour un séjour qui va de trois mois à trois ans, est de 150 000 ariary.
Pourvoyeur de devises
Pour le visa valable pour un séjour de plus de trois ans jusqu’à cinq ans, il faut compter 200 000 ariary de droit. Pour un séjour de plus de cinq ans et le séjour définitif, celui-ci est de 250 000 ariary. Enfin, le montant de 80 000 ariary est appliqué pour le visa de sortie et la prorogation de visa de séjour.
L’instauration des ces visas variables a fait l’objet d’une requête de la part de l’Office national du tourisme, auprès du ministère de l’Environnement, des eaux et forêts et du tourisme. En effet, une hausse du frais de visa a été enregistrée au mois de janvier. Le droit était passé de 12 à 58 euros, soit l’équivalent de 145 000 ariary.
Le même montant pour tous les types de visa, ce qui a entraîné une réduction du nombre de touristes de croisière. «En moyenne, les frais d’une excursion s’élèvent à 40 euros pour un touriste. Donc si ce dernier doit encore payer les 58 euros de droit de visa pour une excursion d’une journée, cela lui revient trop cher», déclare Vola Raveloson, directeur exécutif de l’Office national du tourisme. «Ainsi, les voyageurs préfèrent rester sur les bateaux», précise-t-elle.
En fait, dans leurs requêtes, l’Office du tourisme et les membres du secteur privé ont proposé des frais de 15 euros pour un séjour de 24 heures et de 30 euros pour un séjour de moins d’un mois. L’objectif visé est de développer le tourisme de croisière, un secteur pourvoyeur de devises.
« Les touristes de croisière voyagent toujours en grand nombre, donc ils participent fortement à la promotion de la destination, et à la rentrée de devises », souligne Bakomalala Nirinalijao, responsable auprès de l’agence Mada Tour & Travels.
«Un bateau reste environ une semaine à Madagascar pour une croisière. Les agences de voyage font en sorte d’organiser des excursions sur terre qui durent de 2 à 6 heures, en fonction de la nationalité des touristes», explique-t-elle.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4047 du 05-07-2008