Le gouvernement abat ses cartes avant la rencontre de Charm El Cheik en Egypte qui finalisera l’accueil du Sommet de l’Union africaine de juillet 2009.
Le régime lance une offensive pour démontrer les intérêts de l’accueil du Sommet de l’Union africaine de juillet 2009. Il s’évertue en même temps à montrer la capacité du gouvernement à organiser la rencontre internationale, pour susciter l’adhésion de la population au projet.
« Pour ceux qui doutent encore, nous sommes capables d’accueillir le Sommet. Il faut seulement y croire. Le centre est la base de l’organisation du Sommet. Le reste peut suivre sans problème », a assuré le président
Ravalomanana, hier, dans son discours, lors de l’inauguration du centre de conférences à Ivato.
Le chef de l’Etat expose ses arguments autour de la construction du centre, pour convaincre les récalcitrants de l’opportunité de l’initiative. L’opération a été planifiée une dizaine de jours avant le Sommet de Charm El Cheik en Egypte, pour confirmer notre volonté d’accueillir le Sommet.
Pas impossible
Pour ce faire, le gouvernement organise un événement à la hauteur de ses prétentions. Les chefs d’institution, plusieurs membres du gouvernement et des parlementaires, ainsi que le corps diplomatique, étaient présents à Ivato pour l’occasion. Et la cérémonie a été retransmise en direct par les médias publics.
Le président Ravalomanana a chargé ses lieutenants de renchérir.
« L’organisation du Sommet n’est pas du domaine de l’impossible », a lancé Marius Ratolojanahary, ministre des Réformes foncières, du domaine et de l’aménagement du territoire. Yvan Randriasandratriniony, président du Sénat, a cité les avantages de la construction. « Celle-ci est bénéfique pour les opérateurs privés », a-t-il souligné pour mettre en valeur les retombées attendues dans la construction des bâtiments et l’organisation du Sommet.
Au-delà des déclarations rassurantes, le gouvernement se garde toutefois de dévoiler tout son plan pour l’organisation. « Les rumeurs faisant état d’un budget d’Ar 22 milliards pour accueillir le Sommet sont infondées », a précisé le chef de l’Etat. « L’Union africaine participe financièrement à l’organisation. Et la plupart des membres des délégations paient leur séjour », a-t-il soutenu. Il n’a toutefois pas précisé la part du gouvernement dans l’accueil du rendez-vous.
A un an de cette conférence, l’Exécutif se montre peu prolixe concernant l’hébergement des membres des délégations. « Ne vous en faîtes pas, les hôtels et les chambres d’hôtel seront construits à temps par le secteur privé », a garanti Ivohasina Razafimahefa, ministre de l’économie, du commerce et de l’industrie.

Un centre de 1 000 places
Le centre de conférences, qui se trouve à Ivato, s’étend sur un terrain de neuf hectares dont six de surface bâtie. Le bâtiment principal peut accueillir 1 000 participants. Le centre dispose également d’un restaurant, d’un centre d’informations et de parking spacieux.
Le coût de la construction s’élève à Ar 27 milliards. Le projet a été financé par le gouvernement chinois, sous forme de don. Le gouvernement malgache a fourni le terrain, l’électricité et les meubles, et a facilité l’importation des matériaux pour un total d’Ar 3 milliards.
Les travaux ont été assurés par le groupe chinois Anhuie Finance and Economic Construction Corporation. Ils ont été bouclés en 20 mois et 21 jours au lieu des 22 mois prévus au départ.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4036 du 20-06-2008