La lutte contre la déforestation, responsable de 20 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre a été au cœur des discussions lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui a eu lieu à Bali en décembre 2007. Les pays participants ont donné un signal fort en adoptant un plan d’action visant à promouvoir les actions de lutte contre la déforestation à l’échelle nationale et locale, et à inclure pleinement – dans un régime post-Kyoto encore à définir – la lutte contre la déforestation. Dans le cadre de cet intérêt grandissant pour la valorisation des forêts comme instrument de lutte contre le changement climatique, Air France a décidé de financer, à travers l’association GoodPlanet.org, un programme holistique de conservation des forêts à Madagascar. L’opérateur de terrain sera le WWF.

Objectifs du projet

Ce projet a pour but de tester des stratégies visant à réduire les émissions de CO2 résultant de la déforestation et de la dégradation des forêts. Les actions menées viseront à réduire d’ici à 2010 le taux de disparition des forêts et à restaurer certaines forêts dégradées.

Le projet a également pour objectif d’améliorer les conditions de vie des populations locales en leur donnant une responsabilité directe pour la gestion des forêts et des ressources naturelles – tant à l’intérieur qu’en dehors des aires protégées – en promouvant et en développant des pratiques agricoles durables, et en générant des revenus complémentaires pour les populations.

Mise en œuvre

Le projet sera mis en œuvre sur une surface totale de 500 000 hectares (384.000 hectares de forêt humide, 117.000 hectares de forêt épineuse) à Madagascar. Le projet visera à protéger 233 000 hectares de forêts sous la forme de nouvelles aires protégées, à réaliser le transfert de gestion de 150.000 hectares au profit des populations locales, et à restaurer le couvert végétal de 110.000 hectares de forêts dégradées. Le potentiel de stockage de carbone des forêts concernées par le périmètre du projet semble se situer entre 61 et 68 millions de tonnes (selon les estimations faites par le guide LULUCF – IPCC, et, différentes études publiées à Madagascar). Un des principaux objectifs du projet est de continuer à stocker ce carbone en réduisant le taux actuel de déforestation, source d’émissions de carbone dans l’atmosphère.

Expertise conjointe

GoodPlanet.org, en collaboration avec WWF, s’attachera à développer une expertise carbone spécifique à ce projet, qui contribuera par ailleurs à alimenter les connaissances acquises sur un portefeuille plus large de projets en cours de développement. En outre, le projet testera une série de « standards verts » dédiés aux projets bio carbone qui est en train d’être développé par le WWF et d’autres collaborateurs afin d’englober à la fois les projets de séquestration et de lutte contre la déforestation dans une même série de critères vérifiables et clairement définis. L’objectif à long terme est par ailleurs de tester et développer une expertise spécifique afin de pouvoir quantifier avec le plus de précision possible le nombre de « crédits carbone » générées par ce projet, en s’appuyant sur des données scientifiques claires.

Extrait Madagascar Tribune – mercredi 18 juin 2008