Madagascar s’engage à faire un saut qualitatif en matière de gestion durable de la biodiversité. C’est le ministre Harison Randriarimanana, ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts qui l’a déclaré lors de la 9e Conférence des Parties à la convention des Nations Unies sur la diversité biologique (COP9) qui s’est tenu à Bonn (Allemagne), du 19 au 30 mai dernier. Cette conférence ayant comme thème « stopper les pertes en diversité biologique d’ici 2010 » a été une occasion pour les pays participants de renforcer leurs engagements sur la conservation de la biodiversité et d’examiner les mesures prises sur l’agriculture et les forêts. Et ce, dans le but d’assurer la conservation de la diversité biologique, son exploitation durable, l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages tirés de leur exploitation.

Les ministres participants à cette conférence internationale ont axé essentiellement leurs échanges d’idées sur la possibilité de faire des négociations en matière de biodiversité. Et pour y parvenir, quatre points clés ont été retenus. A savoir : l’établissement d’un accord international sur les ressources génétiques des pays en développement, la réduction des impacts négatifs des carburants biogènes sur l’environnement et la sécurité alimentaire, la contribution capitale à la réduction des pertes en diversité biologique d’ici 2010 et enfin les liens à établir entre politique climatique et conservation de la biodiversité.

En ce qui concerne notre pays, le ministre Randriarimanana a profité de cette rencontre pour mettre l’accent sur les efforts déjà entrepris par Madagascar dans le domaine de la conservation de la biodiversité. Pour ce faire, Madagascar entend tripler la superficie des aires protégées d’ici 2012, sans oublier de rappeler que plus de deux millions d’hectares d’aires protégées ont été nouvellement créés. Par ailleurs, le ministre a fait savoir aux participants de la COP9 que la lutte contre le réchauffement climatique et la déforestation font également partie des priorités pour notre pays.

Extrait Madagascar Tribune – lundi 2 juin 2008