Le taux de pénétration à 7,8%

Grâce à une meilleure campagne de sensibilisation et la mise en place des services financiers de proximité, le taux de pénétration du secteur de micro-finance atteint actuellement à 7,8% au niveau national. Le Coordonnateur national du Micro-finance, Blaise Rajaobelina l’a annoncé hier lors d’une conférence de presse. Dans les grandes villes comme Antananarivo, 70% de la population ont eu déjà accès au micro-crédit. Et rien que pour la zone d’Ambatolampy, les bénéficiaires des services de micro-finance avoisinent les 80% de la population. Malgré tous ces résultats, des études sur la mise en place des institutions de micro-finance seront menées dans les régions de Vatovavy Fitovinany et Atsimo Andrefana, à titre de site pilote, et ce, sur financement de PNUD.

Fonds de refinancement

En effet, certaines régions de Betsiboka et de Melaky ne disposent pas jusqu’ici de ces services financiers alors que c’est un des outils indispensables pour le développement rural, a évoqué Blaise Rajaobelina. Concernant l’intervention du MCA, 39 caisses féminines ont été installées dans la région d’Atsinanana depuis le début de cette année. Ce qui explique l’augmentation considérable du nombre de bénéficiaires à raison de 15 à 25 femmes par caisse, a expliqué Bakoly Rafanoharana, directeur de la micro-finance  au sein du MCA. Par ailleurs, cette entité octroie un fonds de refinancement de l’ordre de 3 millions USD aux établissements financiers pour développer le secteur. La BOA, les réseaux de l’OTIV et de CECAM se sont déjà manifestés. Par contre, la délivrance de l’autorisation d’agrément des institutions financières non encore régularisées doit être terminée avant la fin de cette année.  

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7540 du 29 mai 2008