Les « mpihira gasy » (professionnels des chants et danses traditionnels) font de bonnes affaires durant la période d’exhumation. Ramilison Besigara de Fenoarivo dont le talent de son groupe n’est plus à démontrer, nous a déclaré que son programme est très chargé jusqu’à la fin du mois de septembre.

« Actuellement, nous sommes obligés de voyager la nuit pour respecter les rendez-vous avec ceux qui ont commandé notre concours pour une cérémonie d’exhumation de la journée, surtout dans les régions de Vakinankaratra, d’Amoron’i Mania et d’Itasy », signale Ramilison, chef du groupe. Les cachets varient entre Ar 400.000 à Ar 600.000 pour une journée, y compris les frais de transports. Mais le prix monte en fonction de l’éloignement du lieu de prestation folklorique. « Pour que le spectacle se déroule dans les règles de l’art, il faut en principe que nous ayons en face un adversaire, ne serait-ce que pour mieux faire monter de plusieurs crans l’ambiance afin de plaire aux nombreux invités de l’organisateur », précise le virtuose. L’animation se fait entre 10h et 16 h pour les deux groupes. Autrement dit, avant le réensevelissement des restes mortels.

Créé en 1986, le groupe Ramilison Besigara qui compte 28 membres a déjà animé de nombreux spectacles sur tout le territoire national. Bref, là où on l’invite à donner des réjouissances, il répond présent, dixit Ramilison Besigara. Ce dernier pratique les « hira gasy » depuis une soixantaine d’années car il a déjà commencé à « jouer » dès l’âge de 10 ans aux côtés de son père et d’autres groupes, comme les Sahondrafinina, et Ramampiherika.

Extrait Madagascar Tribune – mercredi 28 mai 2008