Environnement. D’ici 2030, un cinquième de l’ensemble des espèces vivantes sur la planète pourrait disparaître définitivement à cause des interventions des humains. La biodiversité est très sérieusement menacée.

Dans moins de 25 ans, le cinquième de la totalité des espèces vivantes que compte le globe aura totalement disparu. Cette triste estimation part de la situation actuelle sur la dégradation de l’environnement et du déséquilibre de la biodiversité ainsi que sur les avancées des actions de protection de l’environnement. Les tentatives de protection, ou au moins, de ralentissement des dégradations en matière de biodiversité ne vont malheureusement pas plus vite que le processus de détérioration, tant la surexploitation des ressources naturelles, la pollution grandissante et autres facteurs de ce type ne vont pas en diminuant. Entre 20.000 et 100.000 espèces végétales et animales disparaissent chaque année de la surface du globe. Dans les océans, selon des études statistiques réalisées il y a deux ans, il ressort, que sans mesures de préservation, toutes les espèces actuellement pêchées dans les mers disparaîtront en 2050, au rythme où ces ressources ont été pêchées jusqu’ici.   

Immense réserve

Et pourtant, la biodiversité est la source première des services rendus par les écosystèmes, en fournissant des éléments vitaux à la survie de l’espèce humaine, pour ne citer que l’oxygène. Mais à côté, la biodiversité fournit aux humains leur nourriture (cultures vivrières, produits halieutiques, bétail…) et la totalité des bases des produits destinés à l’alimentation humaine. De même, elle contribue à l’épuration de l’eau, ainsi qu’à la régulation climatique, elle  fournit les éléments de base nécessaires à l’habillement (les fibres), le bois pour divers usages (énergie, constructions, etc.), et surtout, fournit une immense réserve où les humains puisent les médicaments (par le biais des principes actifs contenus dans les espèces, végétales notamment), les produits cosmétiques et autres. Bref, par sa position de grand fournisseur en matière de produits alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques et autres, la biodiversité a une valeur économique indéniable, mais pas toujours prise en compte par les propres consommateurs, les humains. Eux-mêmes qui veulent aller loin sans pour autant vouloir  ménager leur monture.

22 mai

La question sera, certainement, abordée une fois encore dans le cadre de la journée internationale de la biodiversité, célébrée dans le monde après-demain, 22 mai. Rappelons que cette journée internationale de la biodiversité trouve son origine en 1992, dans le cadre de la convention sur la biodiversité écologique du 5 juin 1992.

 

Extrait Midi Madagasikara – Parution N° : 7531 du 19 mai 2008