De par sa biodiversité unique au monde et l’intérêt que porte le gouvernement malgache à développer le secteur tourisme tout en préservant l’environnement, Madagascar se prête volontiers au tourisme équitable et responsable. Du 7 au 12 mai derniers, un groupe de professionnels a visité le pays pour avoir une vision de Madagascar et s’est penché sur ce thème d’actualité. Explications de Lucien Salemi de « Challenges tourisme ».

Madagascar Tribune : Pouvez-vous définir ce qu’est véritablement le tourisme équitable et responsable ?

- Lucien Salemi : Tout d’abord, je voudrais parler du tourisme durable auquel sont associées les notions de développement et de pérennité. Mais, il n’y a pas de développement sans équité. Il s’agit donc, d’être équitable avec les gens qu’on rencontre, de les faire profiter à l’épanouissement, d’intégrer entièrement les communautés de base à la réalisation du projet. En terme de pérennité, il faut veiller à préserver l’environnement face aux grands mouvements touristiques.

Qu’est-ce qui justifie le choix de Madagascar ?

- Madagascar se prête vraiment à ce thème. Pour son histoire, sa géographie et l’intérêt que porte le gouvernement à ce titre par l’instauration d’un ministère unique pour l’Environnement et le Tourisme, c’est un lieu idéal pour travailler sur le tourisme équitable et responsable. On ne pourra pas par exemple choisir Las Vegas.

Comment s’est déroulé votre séjour au pays ?

- Nous sommes passés à Nosy be et à Diégo puis à Anjozorobe qui se situe à quelques kilomètres de la capitale. Cela nous a permis d’avoir une vision sur Madagascar. Notons que sur les 25 membres du groupe, seulement trois ont connu Madagascar. Ce que nous avons vu nous donne envie de revenir. Par ailleurs, des séances de travail ont été organisées. Elles se sont déroulées en trois parties dont la première porte sur le sous thème « Ce que parler veut dire », en deuxième lieu, la définition du tourisme responsable, durable et équitable.

Quelle sera votre prochaine action ?

- Dans le courant du mois d’octobre prochain, une commission de travail avec des professionnels de distribution sera organisée.

Extrait Madagascar Tribune – mardi 13 mai 2008