La France veut conforter sa présence à Madagascar. Une forte participation des opérateurs français est attendue durant la Foire internationale de Madagascar.
La France prévoit une présence massive à la troisième édition de la Foire internationale de Madagascar (FIM). Près de 85 participants français occuperont la centaine de stands du «Pavillon France» à la FIM, du 15 au 18 mai à Andranomena. « Plusieurs secteurs d’activités seront représentés à la foire », révèle Pierre Séjourné, conseiller commercial auprès de l’ambassade de France à Madagascar. Les secteurs de l’automobile, de la banque, du transport, des biens d’équipement, des biens de consommation ou encore de l’énergie, seront représentés. Toujours selon le conseiller commercial, 60 % des participants français sont des entreprises déja implantées dans le pays. «Les 40 % restants sont venus de la métropole spécialement pour participer à la foire», a avancé Pierre Séjourné, à l’issue de la conférence de presse organisée par l’ambassade de France, hier, à Ambatomena.
Améliorer l’attractivité économique
Dans la liste des sociétés françaises déja implantées à Madagascar figure la BNI-Madagascar qui est d’ailleurs le sponsor officiel du Pavillon France. D’autres institutions financières seront aussi de la partie dont la BOA-Madagascar, la BFV-Société générale et la Banque malgache de l’océan Indien (BMOI). «La France a quasiment doublé sa présence depuis l’année dernière», précise de son côté Michel Ramiaramanana de la société Première Ligne, organisatrice de l’évènement. La France veut ainsi démontrer qu’elle reste un des principaux partenaires commerciaux de Madagascar. «Plusieurs projets d’investissement sont constatées de la part des opérateurs économiques français», souligne Pierre Séjourné.
Une douzaine de pays seront également présents pendant la foire. L’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud, la Suisse et l’Allemagne feront partie de l’aventure. La FIM sera ainsi une occasion pour les opérateurs étrangers de connaître les opportunités d’affaires dans le pays. L’objectif des organisateurs est donc de favoriser la découverte de Madagascar pour convaincre les opérateurs étrangers d’investir. Toujours selon les organisateurs, il s’agit d’améliorer l’attractivité économique de Madagascar ainsi que le climat des investissements afin de rendre possibles et faciles les échanges entre opérateurs. «Madagascar est un pays où tout est encore à faire», remarque Pierre Séjourné. «La France veut participer activement au décollage économique du pays», poursuit-il.
Cette troisième édition consistera également à approfondir plusieurs thèmes. Il s’agit des problèmes des Technologies de l’information et de la communication à Madagascar, des enjeux réels de l’intégration régionale, de l’énergie renouvelable et des modes de financement du secteur privé.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 4001 du 09-05-2008