Une ambitieuse étude internationale destinée à préserver la biodiversité de Madagascar a été effectuée récemment par 22 chercheurs. Le gouvernement s’appuiera sur les résultats de ce projet et ses recommandations pour tripler la superficie actuellement protégée.

Madagascar abrite 2% de la biodiversité mondiale et abrite un grand nombre d’espèces uniques sur le globe. L’équipe a alors élaboré un programme très détaillé de préservation portant sur plus de 2.300 espèces animales et végétales réparties sur la totalité de l’île. Leur catalogue comprend des données sur de multiples espèces de fourmis, de papillons, de grenouilles, de lézards geckos, de lémuriens et de nombreuses plantes.

Ces scientifiques ont aussi élaboré une carte des zones jugées les plus importantes et qui devraient, selon eux, être prises en considération dans l’élargissement de la réserve naturelle existante. Ces zones recouvrent plusieurs régions sur les massifs du plateau central et le littoral, dont la couverture forestière est peu dense, mais où l’on trouve une très importante biodiversité. Or ces régions ont été négligées dans le passé.

« Cette étude est un modèle qui va aider Madagascar à atteindre ses ambitieux buts de préservation de la biodiversité », souligne Steven Sanderson, président de la « Wildlife Conservation Society », une importante organisation privée de défense de la nature.

Extrait Madagascar Tribune – mercredi 16 avril 2008