La majorité des Centres de santé de base du sud de Madagascar sont privés de médecins. Le poste budgétaire correspondant a fait défaut l’année dernière.
Alarmant. 313 Centres de santé de base niveau II (CSB II) sont privés de médecins. Il sont concentrés dans le Sud de Madagascar. Les régions d’Androy, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana et Vatovavy Fitovinany ainsi que la région Melaky sont concernées par cette pénurie.
Selon les explications du directeur des resssources humaines (DRH) au ministère de tutelle, le docteur Marcellin Randriamanantena, la pénurie de médecins a commencé avec la crise de 2002. « La plupart des médecins ont demandé à quitter les lieux pour travailler dans la périphérie d’Antananarivo », précise-t-il. C’est pourquoi, 1 500 médecins sans poste sont restés à Tanà depuis l’année dernière, d’après le ministère de la Santé, du planning familial et de la protection sociale.
Expérimentation
L’année dernière encore, l’abscence de poste budgétaire pour les médecins a aggravé la situation. S’y ajoute l’irrégularité du recrutement systématique de fonctionnaires qui doivent remplacer les retraités ou les décédés. En conséquence, les personnels de la santé ne suivent pas la croissance démographique du pays. En plus, nombre de praticiens refusent d’aller dans les zones enclavées. Or, la règle au sein de ce ministère veut que la première pratique d’un agent de l’état se déroule pendant quatre ans dans des zones écartées.
Le DRH du ministère s’attelle à combler la totalité de 1553 CSBII. Pour pallier la carence en médecins dans les CSBII, un projet pilote va être lancé à partir du mois de mars. Il s’agit d’encourager les demandeurs de poste à s’installer dans les campagnes.
L’expérimentation devrait commencer dans les régions de l’Androy, du Melaky et du Vakinakaratra. Le volet de ce projet pilote comporte entre autres un pack de logement tout meublé, alimenté en eau et électricité. Le médecin sera également doté de moyens de communication et de déplacement. Sans oublier l’équipement en matériels techniques pour le CSB où il va travailler.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 3957 du 15-03-2008