Il a fallu attendre le lundi 10 mars 2008, deux semaines après le passage du cyclone « Ivan », pour qu’une solution efficace de débarrasser les environs du Bazarikely de toute cette eau qui la submergeait soit trouvée et mise en œuvre. C’est le drainage par pompage des flaques aux eaux polluées et verdies qui submergeaient les rues de Tanambao II et III. La motopompe, une bécane de 750 kg, capable d’aspirer et d’expulser 100 m3/h, a été réceptionnée officiellement le samedi 8 mars dernier, don de la primature sollicitée par la Région. Elle a donc été mise à la disposition de la Commune urbaine de Toamasina pour ces opérations de drainage. Ce moyen a d’ailleurs été couplé avec le creusement de nouveaux canaux de ruissellement connectés au réseau d’assainissement qui a, lui-même été systématiquement curé.

L’écoulement des eaux dans le système de canalisation d’évacuation, curé de son sable, de sa gadoue et de toute sorte de débris et de détritus, est donc maintenant redevenu suffisamment fluide. Le Bazarikely et les rues environnantes sont de nouveau secs depuis le lundi 10 mars en milieu de la matinée. Les magasins de karana, dont beaucoup avaient été inondés, rouvrent. Certains d’entre eux avaient dû fermer pendant huit jours d’affilée, du lundi 3 au lundi 10 mars. Le maire Rakotomanana Gervais, à la tête des employés des services techniques municipaux, des pompiers et de journaliers, s’est lui-même employé aux pompages et aux curages. Même les bassins de la place au jet d’eau devant les bâtiments du bazar aux viandes et aux poissons, ont été traités pour être débarrassés de leurs eaux sales et puantes, et aussi de la gadoue déposée au fond des bassins.

Un autre nouveau canal à l’air libre va être creusé dans le quartier de Tanambao V, au niveau du siège de la section locale du syndicat Sekrima. C’est le seul moyen de drainer l’eau qui submerge le quartier. Dans les quartiers de Tanambao II et III, dont les niveaux du sol sont plus bas que les rues goudronnées alentours, et les canaux d’évacuation des eaux de ruissellement bouchés par les détritus et ordures que les habitants eux-mêmes y avaient jetés, l’eau stagnait et pourrissait. Les habitants y subissent donc un retour de manivelle de leur irresponsabilité quant à l’entretien-maintenance des canaux qui traversent leur quartier, nous a déclaré le sefom-pokontany, Rakotondrazafy Dinh Van Fi. Celui-ci nous a révélé que beaucoup de cases ont été construites au-dessus du canal dans ce quartier et les habitants y ont jeté les branchages et autres détritus provoqués par le cyclone.Le maire nous a déclaré que le creusement du nouveau canal de drainage du quartier de Tanambao V a été budgétisé de Ar 3 millions et que les travaux seront exécutés avec la méthode HIMO. La Région, la CUT et le député collaborent pour financer l’opération. Par ailleurs, la CUT prescrit dorénavant l’aménagement obligatoire de canaux d’évacuation des eaux de ruissellement partout où des rues seront réhabilitées ou créées dans Toamasina. Un accord CUT/SMATP, l’entreprise sino-malgache titulaire du marché de réhabilitation des 20 km de rues municipales, est en place pour assurer le respect de ce principe. Car il a été constaté que les quartiers inondés sont précisément ceux où de telles canalisations n’existent pas.

Extrait Madagascar Tribune – mercredi 12 mars 2008