L’alerte sur la possibilité de débordement de l’Ikopa est lancé, hier, par l’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo (APIPA). Selon la dernière information, le débit d’eau à Telomita a été mesuré à 320m3 à la seconde.

Pour la rivière Ikopa, à l’échelle d’Anosizato, le niveau de l’Ikopa est de 2,88 m. La cote d’alerte de menace de danger de 3 m à cette station sera atteinte dans les prochaines 12 heures. A l’échelle de Bevomanga, le niveau de l’Ikopa est de 3,08 m. La cote d’alerte de menace de danger de 4 m à cette station la sera aussi.

Pour la rivière Sisaony, à l’échelle d’Ampitatafika, le niveau est de 3,29 m. Il a monté de 0,46 m en 2 heures et continuera à monter durant les prochaines 12 heures. Pour la rivière Mamba à l’échelle d’Ambohidroa, le niveau de l’eau est de 1,24 m. Il est stationnaire.

Dans son probable débordement, il n’y a rien à craindre pour la rive droite de l’Ikopa. Cela veut dire que le centre ville d’Antananarivo n’est pas menacé. Par contre, les habitations qui se trouvent à gauche de l’Ikopa se trouvent en danger. Les habitants de la zone basse de la plaine d’Antananarivo sont priés de prendre les mesures adéquates. Cette menace concerne par exemple les habitants d’Andohatapenaka, Bemasoandro, ou d’Anosimahavelona.

===================
- Catastrophes naturelles : Des postes de commandement à mettre en place

Une nouvelle stratégie. Selon le Premier ministre Charles Rabemananjara, des postes de commandement ou PC sont à mettre en place au niveau de chaque Région pour faire face au passage des cyclones. Dirigé par le chef de Région, ce PC aura pour mission de faire le suivi des dégâts laissés par l’intempérie. Y sont membres, les forces de l’ordre, la collectivité décentralisée, les ministères concernés, les forces vives locales en générale. En attendant, le secours pour les sinistrés s’organise. « Dès que le temps le permettra, des hélicoptères sont prêts à décoller pour un vol de reconnaissance. Des bateaux aussi seront mobilisés ». Les stocks de vivres sont déjà prépositionnés dans des magasins répartis à travers de nombreux districts.

===================
- "Ivan Le Terrible" : Onze morts dans l’Est de l’île

Le cyclone "Ivan" n’est plus qu’une tempête tropicale, hier matin, où elle se trouvait dans le district de Miandrivazo, sur le fleuve de Bevoay. La tempête a provoqué pas mal de dégâts surtout sur l’île de Sainte Marie où le cyclone a frappé violemment avec des vents soufflant à plus de 230 km/h ; causant la mort de 9 personnes. Selon des informations locales, 90% des infrastructures seraient touchées et un hôtel se serait même effondré. A Toamasina, 100 familles ont été forcées d’évacuer leurs maisons, suite à la montée subite des eaux, et tous les habitants de la ville sont privés d’électricité. Autant dire qu’il n’y a aucune communication radiophonique ou par télévision. Le district de Fénérive Est déplore aussi deux morts et 271 sinistrés.

D’autre part, on déplore 480 sinistrés dans la commune d’Andasibe, district Moramanga (Région Alaotra Mangoro).

Selon les prévisions, "Ivan" se déplace vers l’Ouest à la vitesse moyenne de 15 km/h, les vents atteignent les 70 km/h en rafale près du centre. Le système devrait longer le fleuve de Bevoay et sortir en mer au cours de la journée d’aujourd’hui au niveau du district de Belo/Tsiribihina. Madagascar reste coupé du monde depuis hier, avec la suppression de tous les vols aériens.

===================
- La sortie d’"Ivan" prévue aujourd’hui

Selon le service météorologique à Ampandrinomby, « Ivan » devrait sortir hier après-midi. Ce n’était pas pourtant le cas. A l’heure où nous avons écrit l’article, il a été localisé dans le district de Mahabo, Région de Menabe, à l’Ouest du pays. Le météore a été toujours sur terre. En se référant à sa trajectoire prévisionnelle, sa sortie en mer serait prévue aujourd’hui, probablement dans la Région de Menabe ou d’Atsimo-Andrefana.

Bien qu’« Ivan » demeure encore, il ne constitue plus un grand danger pour le pays. Le système s’est affaibli considérablement ces dernières heures. « Ses rafales de vent ne dépassent même pas les 40 km/h » , nous a dit un technicien d’ Ampandrianomby. Vu sa faible intensité, il s’est dégradé en simple dépression.

Les masses nuageuses qui l’accompagnent restent pourtant menaçantes. Elles provoquent des pluies dans la plus grande partie de l’île. Les avis d’alerte lancés à l’encontre des ex-province d’Antananarivo, de Mahajanga, des districts de Melaky, de Menabe, d’Atsimo Andrefana restent donc toujours en vigueur.

Extrait Madagascar Tribune – mardi 19 février 2008