La langue malgache a fait de Dadagaby un « homme »

Dans son costume vert sombre, Gabriel Rakotomavo dit Dadagaby arborait plutôt l’allure d’un sénateur heureux le jour du 14 février dernier. Le père du groupe « Voninavoko » a fait un véritable tour de force en accordant un nombre record d’interviews possible avec les journalistes présents à l’Espace Tahala Rarihasina.

Normal, tous les feux des projecteurs étaient braqués sur cet homme qualifié comme une « légende vivante du folklore malagache » par l’Unesco. Rappelons à cet effet que Madagascar est entré en pleine période linguistique cette année, comme partout dans le monde. Il y a l’exposition destinée à faire connaître l’arbre généalogique de l’artiste Dadagaby, ses œuvres littéraire et musicale, et surtout « Voninavoko », son groupe. Mais l’objectif serait notamment de valoriser la langue malgache par le « vakodrazana ». Le thème « Ny teny malagasy no nibeazako » de la journée d’hier tournaient autour de ses débuts (études avec une préparation au CESD), ses œuvres littéraires (karajia), l’artisanat du groupe Rary et Voninavoko, et enfin les produits culturels Dadagaby (VCD, le « Fampitaha », le « Marakely » ou l’Asampinga). L’ascendance Antemoro de Dadagaby lui a permis de condenser toutes les variantes du vakodrazana, pimentant particulièrement ainsi la musique folklorique des hautes terres centrales. D’ailleurs, ses textes ou ses chants sont dans tous les dialectes du pays. Ce n’est pas pour rien qu’il a tiré le nom du groupe, tiré à partir les fleurs d’une plante dite « Avoko ». Celle-ci pousse dans les campagnes et combinant les colorations rose, verte et violet (tenue de scène des Voninavoko).

Ce qui lui a valu les louanges de Narisoa Ravalitera, du président de l’Académie nationale ainsi que celles de la commission du Tahala Rarihasina dirigée par Madame Juliette Ratsimandrava. Cette branche « langue malagasy » au sein de l’Académie nationale de Tsimbazaza entend ainsi marquer l’ouverture de l’année de la langue le 21 février prochain. Enfin, ce sera au moins une excellente occasion pour que le ministère de la Culture et de la Jeunesse et Sports de se manifester pour montrer qu’il travaille…

Extrait Madagascar Tribune – vendredi 15 février 2008