Madagascar ouvre son économie aux investisseurs. Une volonté qui se traduit par la résolution des principaux obstacles dont l’accès aux titres fonciers.

Le problème foncier bientôt résolu pour les investisseurs. L’Economic Development Board of Madagascar (Edbm) entame aujourd’hui les discussions sur la mise en place d’une base de données foncière. «Le but de cette initiative est de pouvoir offrir aux opérateurs des propositions de terrains en vue de futurs investissements», explique Ranja Rakotomahanina, coordinateur en communication de l’Edbm.
La troisième réunion de cet organisme avec les représentants de tous les ministères concernés se tiendra la semaine prochaine. Il s’agit de pallier les lacunes en matière d’information sur la disponibilité foncière dans le pays.
Création d’entreprises
Les départements du tourisme, de l’environnement, de l’industrie ou encore des eaux et forêts sont concernés. «Des zones d’investissements seront installées pour chaque secteur», poursuit-il. Des zones d’investissements agricoles, industriels et touristiques seront délimitées et mises à la disposition des éventuels opérateurs.
Avec ces nouvelles structures, le problème foncier devra être résolu, du moins pour les nouveaux investisseurs. Les projets touristiques, les mines, l’industrie légère, l’agribusiness ou encore les technologies de l’information et de la télécommunication (Tic) sont les principaux points focaux des actions de promotions de l’Edbm.
Ce Board est aujourd’hui l’instrument de Madagascar dans la promotion des investissements. « C’est un One Stop Shop au niveau duquel tous les procédures sont entreprises », confie le responsable de communication en insistant sur le fait que les dossiers sur le visa, la création d’entreprise et même les fiches statistiques y sont déposés.
Les investissements directs étrangers (Ide) dépassent déjà les 100 millions Usd pour cette année, contre seulement 85 millions Usd en 2005. En terme de création d’entreprises, le nombre de nouvelles sociétés créées cette année dépasse déjà les objectifs. Les autorités visaient un millier d’entreprises.

Les investisseurs de Mahajanga sollicités
Les techniciens de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) rencontrent les opérateurs économiques de la ville de Mahajanga, le lundi 27 novembre. La réunion qui est réalisée avec le groupement des petites et moyennes entreprises (Fivmpama) se tiendra à la Chambre de commerce de Mahajanga.
Selon les informations recueillies auprès de l’Edbm, il s’agit de présenter cette structure et de recueillir les attentes des opérateurs locaux. Les techniciens de cet organisme d’Etat menés par Prega Ramsamy, le Chief Executive Officer, rencontreront également les autorités locales. L’objectif est de dégager un plan d’action clair et simple pour les six mois à venir. Il est aujourd’hui impératif d’éliminer les obstacles qui gênent l’épanouissement des opérateurs déjà installés et qui freinent l’ardeur des nouveaux.
Dans ses attributions, l’Edbm se doit d’améliorer le climat des affaires, afin de promouvoir l’investissement privé et faciliter les démarches de l’entrepreneur. Il devra assurer la cohérence des plans d’action du public et ceux des opérateurs privés, en particulier en matière d’infrastructure, d’énergie, de l’environnement. Dans le cas de Mahajanga, la complémentarité des secteurs est évidente. Les ressources minières aideront le tissu de sous-traitant local à se développer.
Le tourisme donnera davantage de dynamisme à l’agri business et à l’artisanat. Enfin, l’infrastructure sera au service des secteurs prioritaires. Mahajanga devrait être en mesure d’exporter davantage, compte tenu de ses liens privilégié avec les îles voisines.

Extrait L’Express de Madagascar – 24-11-2007