Faire connaître les opportunités d’affaires de la Grande île

« Investir à Madagascar » Tel est le thème sous lequel seront placées les « Journées Madagascar » qui se tiennent depuis hier jusqu’au 19 octobre prochain au Canada. Organisé par CCAfrique en collaboration avec l’ambassade de Madagascar, c’est une occasion de faire connaître les différentes opportunités d’affaires offertes par la Grande île. En effet, Madagascar présente de nombreux potentiels si l’on ne cite que le secteur minier qui intéresse de plus en plus les entreprises canadiennes. Parmi celles-ci, on retrouve des noms tels que « SNC Lavalin », « Sherritt » « Alcan », ou encore « Anyway environmental solutions ».

Dans le cadre de l’évènement, des séminaires seront organisés dans trois villes différentes, à Ottawa le 15, à Montréal le 17 et au Toronto le 19 octobre. Notons que ces villes constituent d’importants centres économiques du milieu des affaires canadienne et mondiale. Les entreprises déjà implantées à Madagascar y sont invitées à témoigner de leurs expériences d’affaires dans le pays, du climat d’investissement et des différentes opportunités.

Une forte délégation malgache

Cette rencontre de la Grande Ile avec ses partenaires, actuels et futurs, au Canada, s’inscrit dans une suite d’actions en vue de concrétiser le « Madagascar Action Plan » ou MAP.

Une forte délégation malgache composée du ministre Harison Edmond Randriarimanana, ministre de l’Économie et du développement du Secteur Privé, Ivohasina Razafimahefa, Secrétaire général du MAP et Patrick Razaka Mananifidiny, Secrétaire général du ministère des Mines ainsi que plusieurs représentants du secteur privé, honorera ces Journées de sa présence. A souligner que les échanges entre Canadiens et Malgaches se raffermissent. Dans le cadre du Programme Jeunes Stagiaires Internationaux de l’Agence Canadienne de Développement Internationale (ACDI) et grâce à une collaboration entre le Collège Montmorency (Laval, Québec) et le ministère des Mines de Madagascar, deux jeunes diplômés canadiens sont présentement en stage au sein des cellules de communication du ministère et à l’Institut de Gemmologie.

Pour les cinq prochains mois, ils joindront leurs efforts aux équipes de ces deux entités afin de développer et d’améliorer les systèmes déjà en place. Quand on sait qu’une ressortissante malgache répondant au nom de Rachelle Rasolofo de son nom de jeune fille est depuis quelques jours en train d’assurer des cours de gemmologie/lapidairerie relative à la bijouterie et à la valorisation de nos pierres d’ornementation, on ne peut que nourrir de grands espoirs , certes dans le partenariat avec le Canada mais surtout dans le développement durable des secteurs clés du développement de Madagascar.

Extrait Madagascar Tribune – mardi 16 octobre 2007