Antananarivo – L’atelier national sur l’agriculture biologique s’est tenu dans la capitale les 4 et 5 juillet et a abouti à la mise en place d’un Mouvement national bio.

Ce mouvement a pour objectif de mener un lobbying auprès des acteurs de la filière dont les ministères concernés, les opérateurs économiques, les paysans producteurs, les organismes d’appui technique et financier… Ce lobby a pour but de redynamiser la filière bio qui ne dispose pas encore d’une politique claire et d’une réglementation nationale. Celle-ci est indispensable si les exportateurs et les producteurs ne veulent plus rogner leur marge par le coût exorbitant de la certification imposée par les pays importateurs. Si on dispose d’une réglementation nationale acceptée par ces derniers, il est possible de procéder à une certification locale des produits biologiques.

Madagascar a des atouts énormes pour développer cette filière car l’utilisation d’engrais et de pesticides chimiques est à un taux très faible. D’après les données de l’Institut national de la statistique (Instat), 95% des communes n’ont pas accès à l’engrais chimique et dans la plupart des cas, il faut faire plus de 60 km pour trouver un revendeur d’intrants chimiques agricoles. Madagascar a adhéré à la Fédération internationale de l’agriculture biologique (IFOAM) et à travers cette structure, le pays peut élaborer sa réglementation nationale. Pour le moment, il est question d’activer le Mouvement national bio.

Source MATERA – 05-07-2007