En cette période de vacances, le nombre des voyageurs s’accroît considérablement. Mahajanga et Antsirabe figurent parmi les destinations les plus privilégiées.
On se bouscule dans les stationnements de taxi-brousse de la capitale. Au "Fasan’ny Karàna", on s’arrache les clients. A Ambodivona, les rabatteurs font à qui mieux-mieux pour attirer les voyageurs.
Pour les coopératives reliant Antananarivo à Antsirabe, le prix du ticket varie entre Ar 6 000 et Ar 8 000, si en période normale il est d’Ar 5 000. "Les responsables doivent imposer un prix pour que les chauffeurs ne puissent pas profiter de la situation", affirme Charles, un rabatteur.
Un voyageur pour Antsirabe mentionne : "Le transport en taxi-brousse revient trop cher. Il faudrait activer la réhabilitation du transport ferroviaire." Pour la ligne reliant Antananarivo à Antanifotsy, lorsque les voyageurs sont nombreux, le prix du ticket atteint les Ar 5000, si le coût normal est d’Ar 3000.
Des mois rentables
Quant à la coopérative Fifiami, reliant Antananarivo à Itasy, les prix sont fixes,selon un des guichetiers, "les voyageurs ont du mal à s’acquitter du coût du transport en taxi-brousse". Pourtant, nombreux sont ceux qui prennent le taxi-brousse, faute de mieux. Comme Raketaka, une femme âgée, qui déclare "Malgrè la cherté du voyage, je suis obligée de recourir à ce moyen de transport pour des raisons personnelles."
Pour les lignes reliant Antananarivo- Majunga ou Antananarivo-Toamasina, comme la coopérative Transmada, le coût du transport est fonction du nombre des voyageurs. En haute saison, le coût du voyage en mini-bus varie entre Ar 2 0000 et Ar 23 000 et pour le car "boeing", entre Ar 12 000 et Ar 13 000. Le mois de juillet est l’un des mois les plus rentables pour les transporteurs régionaux et nationaux. Les vacances et les périodes d’exhumation, sont parmi les principales raisons du déplacement des voyageurs. Chaque coopérative est unanime en constatant, qu’en cette période, normalement fructueuse, le volume des voyageurs est encore assez faible.

Extrait L’Express de Madagascar – Edition n° 3743 du 04-07-2007