La "Francophonie", définie en 1871 de façon purement géographique, prit toute une autre ampleur avec, entre autres, Léopold Sédar Senghor.

Véhiculée par la revue "Esprit" en 1962, la Francophonie devient la conscience d’avoir en commun une langue et une culture francophone. Dès lors, elle constitue un cas particulier de l’aspiration de beaucoup d’habitants de la planète à une diversité culturelle.
Aujourd’hui, la Francophonie connaît une ampleur exceptionnelle avec plus de 200 millions de francophones repartis dans 68 pays. Certes, l’anglais arrive en première position, mais sa force réside dans cette union des cultures qui subsiste depuis près de 60 ans.
La diversité culturelle
"Il n’y a pas de multiculture, mais bien une diversité culturelle qu’il faut savoir respecter", s’exclamait un réalisateur africain, au cours du dernier FESPACO. Cette phrase détermine l’état d’esprit de cette Francophonie. Car même si le français unit tous ces pays, l’individualité de chacun reste intacte. C’est le message que ne cessent de transmettre les différents dirigeants qui se sont succédés à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie. D’ailleurs, suite à la Conférence générale de l’UNESCO en octobre 2003, la Francophonie s’est engagée à tout mettre en oeuvre pour faire aboutir l’élaboration et l’adoption d’un instrument juridique international contraignant, qui donnerait un fondement juridique incontestable aux politiques de préservation et de développement de la diversité culturelle. Une preuve du combat acharné mené par l’OIF pour défendre ce qui est le plus précieux pour un pays : sa culture !

La culture, un mot d’une grande valeur que nul ne doit sous-estimer et où la loi du plus fort n’existe pas. C’est pourquoi, Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie, a défini comme slogan pour 2007 "Vivre ensemble, différents", mettant sur un même pied d’égalité les cultures du monde entier. Un concept respecté partout dans le monde pour la Journée Internationale de la Francophonie. Alors qu’Abdou Diouf était présent à la Principauté d’Andorre, dernier pays adhérent accueilli en septembre 2006, des pays comme Madagascar la célébraient en musique. En Côte d’Ivoire, le Palais de la Culture accueillait toute une pléiade d’artistes. Au Canada, elle fut associée à la Journée Mondiale du Conte, avec notamment "Le tour du monde en 80 minutes".

Dans la Grande Ile, la fête était omniprésente depuis le 10 mars dernier. Une quinzaine entière dédiée à la Francophonie, avec entre autres, l’exposition "Regards croisés" ou la Francophonie d’hier et d’aujourd’hui, qui se tient actuellement à l’AFT. Dans les provinces, même tonalité avec des conférences en tout genre et aussi des soirées Karaoké, comme à Antsirabe.

Bref, la Francophonie l’aura démontré : en Amérique comme en Afrique, qu’importe sa couleur ou son passé, l’amour de la langue française persistera pour la gloire de chaque culture.

Extrait Midi Madagascar – 22-03-2007