La relance des lignes aériennes nationales, régionales et internationales a boosté le tourisme dans le Nord de l’Ile depuis 2005.

Un nouveau souffle pour le tourisme dans la région du Nord, Diego-Ambilobe-Nosy Be-Ambanja. L’ouverture des lignes aériennes nationales et régionales à Antsiranana relance le secteur. Les statistiques de l’Office régional du tourisme (ORT) indiquent que le potentiel hôtelier a augmenté de 35% en un an ( 2005-2006).
“Nous devons cette performance aux prestations d’une compagnie aérienne qui réalise un vol direct quotidien Antananarivo-Antsiranana, deux vols directs hebdomadaires de La Réunion et un autre de Mayotte”, annonce Daniel Lozes, trésorier de l’ORT d’Antsiranana et directeur général du Grand Hôtel.
“A cela s’ajoutent les deux vols reliant Milan à Nosy Be en haute saison, et l’ouverture de bon nombre d’hôtels à quatre étoiles, suivant les normes internationales”, poursuit-il.
Tarifs réactualisés
La ville d’Antsiranana, Joffreville et Ramena comptent 60 hôtels totalisant 800 chambres. “Une hausse de 20% de fréquentation des touristes est prévue cette année”, confie-t-il.
Du fait de la forte fréquentation des touristes étrangers, le double affichage des prix, en ariary et en euro, est encore appliqué dans certains établissements hôteliers et boutiques du chef-lieu de la région Diana.
Pour le Grand Hôtel d’Antsiranana ayant pignon sur la 46 rue Colbert, l’affichage des prix et la tarification en ariary ont été appliqués depuis le début de l’année. “Dès la publication de la nouvelle loi en décembre 2006, nous avons réactualisé nos tarifs en ariary afin d’être opérationnel dès le 1er janvier 2007 et de les envoyer aux Tours opérateurs”, indique Daniel Lozes.
“Néanmoins, nous donnons l’équivalent des prestations en euros pour ne pas dépayser nos clients, notre objectif étant de leur rendre service”, ajoute-t-il; d’autant qu’une frange importante de la clientèle est issue des pays de la zone euro.
Depuis son ouverture, le 7 mars 2005, 65% de la clientèle de l’établissement sont de nationalité française et 20% d’origine italienne. Les Malgaches en constituent 6% et ceux d’autres pays 9%.
Grâce à l’ouverture d’un kiosque et d’un bureau, rue Colbert, ainsi qu’à la réalisation d’une brochure et d’un site internet, l’ORT d’Antsiranana se positionne pour mieux accueillir les touristes cette année.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 3653 du 12-03-2007