Les habitants des communes environnantes, les opérateurs touristiques, les autorités régionales ainsi que les organisations pour la protection de l’environnement se serrent les coudes pour renforcer la protection de l’archipel de Nosy Hara.

Conserver les espèces et les habitats au niveau de l’archipel de Nosy Hara, à travers la prise en considération des savoir-faire locaux. C’est ce qui ressort de l’atelier régional de planification de l’aire protégée marine de Nosy Hara, tenu à Antsiranana du 5 au 7 mars.
A cet effet, un plan d’action sur cinq ans pour la conservation des ressources de l’archipel de Nosy Hara a été adopté.
“L’idée consiste à promouvoir les actions de développement, tout en impliquant les communautés locales dans la protection des habitats prioritaires et des ressources halieutiques, à travers une bonne gestion des ressources naturelles”, note Lydia Rakotomalala, représentante du ministre de l’Environnement, à l’issue de la clôture de l’atelier régional.
Vision commune
Ce séminaire a été organisé par l’Organisation mondiale pour la protection de la nature (WWF) et l’Association nationale pour la gestion des aires protégées (Angap) dans le but d’avoir une vision commune des parties prenantes, en l’occurrence les communes environnantes et les organisations pour la protection de l’environnement.
Il s’inscrit dans le cadre du défi n°1 et de l’engagement n°7 du Plan d’action pour Madagascar (Map) consistant à augmenter de trois fois plus la surface des aires protégées de la Grande île.
L’archipel de Nosy Hara, au nord dans la province d’Antsiranana, est situé entre le cap Anorintany et le cap Vohilava. S’étendant sur une superficie d’environ 75 000 ha, il est constitué de 17 îles entourées de vastes récifs coralliens.
Cette aire protégée marine touche quatre communes, dont trois à l’Ouest à savoir Andranovondronina, Mangoho, et Andranofanjava, et une à l’Est, c’est-à-dire Amboloza.
La grande majorité des habitants tirent leur revenu de la pêche et de l’agriculture.
L’étude de faisabilité de la zone de conservation de Nosy Hara a été initié en 2000. Les enjeux écologiques, économiques et sociaux de la mise en place de l’aire protégée marine dans cette zone ont été définis par le WWF, l’Angap, la population et les autorités locales.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 3652 du 10-03-2007