Les hôtels de classe émergent

Bien que temporaire, le flux d’immigration/migration nationale et internationale occasionné par les vastes chantiers enclenchés du projet Ilménite de Tolagnaro apporte un grand souffle sur le secteur Tourisme et Hôtellerie à Fort Dauphin. Les premiers effets induits du projet porte pour l’instant sur l’insuffisance de l’hébergement, notamment du nombre d’hôtels à haut standing disponibles sur place. Toujours est-il que les professionnels du secteur de l’hôtellerie n’ont pas tardé à réagir pour saisir l’occasion pour faire des affaires. Au bout de trois ou quatre mois, « Sunny Hôtel » de la capitale a réussi à ériger sa filiale sur place pour l’installation d’un hôtel de classe.
    Par ailleurs, « Kaleta Hôtel » s’est associé avec « l’hôtel Colbert » d’Antaninarenina pour la réhabilitation d’un établissement de haut standing. En tout cas, l’émergence de ces hôtels à Fort Dauphin répond à l’objectif du projet PIC qui cherche à favoriser la promotion des investissements privés au niveau de ses trois zones d’intervention dont Fort-Dauphin, Nosy-Be et sur l’axe Antananarivo-Antsirabe. Cet objectif lui assigne une mission de mettre en place des infrastructures essentielles qui, à l’exemple des voies de desserte, sont favorables à l’attraction des capitaux privés. D’ailleurs, la filière Tourisme fait partie des secteurs cibles du projet sur cet axe de l’extrême sud-est malgache.

Extrait Madagascar Tribune – N° 5479 : Mardi 06 Février 2007