Après la campagne de promotion touristique menée sur le marché français, les opérateurs malgaches étendent leur champ de vision. Ils se lancent à la conquête de nouveaux touristes italiens.
Le marché italien est dans la ligne de mire de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM). Dans le cadre de son plan d’action pour l’année 2007, il organise une série de manifestations auprès de l’Italie, dans le but d’attirer davantage de touristes. Actuellement, ce pays est le deuxième réservoir à touristes de la Grande île.
Selon les premières estimations, près de 450 touristes débarquent par semaine au pays, grâce aux vols directs Milan-Nosy-Be. Pour le responsable de la direction exécutive de l’ONTM, Vola Raveloson, cette initiative veut avant tout renforcer les acquis sur ce marché.
Ailleurs qu’à Nosy-Be
"Le touriste italien est un grand consommateur et dépense beaucoup plus que les touristes d’autres nationalités dans ses déplacements", confie Vola Raveloson à l’issue de l’assemblée générale de l’ONTM.
Le but avoué de cette offensive est d’attirer les visiteurs en provenance de ce pays dans les régions de l’île autres que Nosy-Be. "Nous voulons étendre le circuit sur la grande terre et faire bénéficier les autres régions des apports du touriste italien", affirme Vola Raveloson. En tout cas, le choix semble bien fondé et devra générer des impacts positifs sur l’économie du tourisme à Madagascar. La série de manifestations commencera à Milan avec le salon professionnel Bit Milan qui se tiendra du 22 au 25 février prochain.
Une conférence de presse sera organisée par l’ONTM durant ce salon. "Il s’agit de réunir les tours opérateurs émetteurs et la presse spécialisée d’Italie pour leur présenter le produit Madagascar ", explique Vola Raveloson. Un voyage de découverte sera également organisé pour les professionnels du tourisme italien vers le mois de septembre. Un "road-show " qui sillonnera les différentes villes de l’Italie sera par ailleurs mené par l’ONTM toujours pour le même objectif. Et pour couronner cette série d’initiatives, le site web de l’ONTM sera traduit en italien.
Fort des résultats de l’offensive lancée sur le marché français en 2006, l’ONTM veut continuer sur une vague ascendante. Les réservations des touristes français affluent et les professionnels malgaches sont aujourd’hui débordés. "Des réservations courent jusqu’en 2008", confirme Vola Raveloson. L’ONTM commence aussi à s’attaquer à d’autres marchés comme la Chine, l’Afrique du Sud ou encore les Pays-Bas.

Etrait l’Express de Madagascar – Edition n° 3619 du 31-01-2007