La politique d’ouverture économique prônée par le gouvernement malgache doit être accompagnée de la mise en place des cadres juridiques adéquats.
La sécurité des investissements est indispensable. Le gouvernement malgache dans sa politique économique ouverte sur l’extérieur, renforce la sécurisation des investissements.
D’après Roger Marie Rafanomezantsoa, ministre de l’Industrialisation, du commerce et du développement du secteur privé (Micdsp), Madagascar devra entrer dans une nouvelle ère au niveau de l’environnement des affaires. “La sécurité des investissements bénéficiera désormais d’une considération particulière”, déclare le ministre durant la cérémonie de présentation de voeux de son département qui s’est tenue à Mahamasina jeudi dernier.
Deux points essentiels composent aujourd’hui le renforcement de la sécurité des investissements. La finalisation de l’adhésion de Madagascar au sein de l’Agence pour l’assurance du commerce en Afrique (Ati/Aca). Le principe de cette agence est simple.
Elle propose des assurances contre les risques politiques et également d’autres services financiers visant à promouvoir le commerce et les investissements au sein du marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa). Ce nouvel organisme dont le siège se trouve à Nairobi (Kenya) bénéficie du soutien des pays suivants : Burundi, Kenya, Malawi, Rwanda, Tanzanie, Ouganda et Zambie.
Accords de promotion
Sa mission est de proposer à des tarifs abordables aux entreprises africaines et étrangères des assurances contre divers risques dont l’expropriation, les embargos, l’impossibilité de convertir ou de transférer des devises, la perte ou la destruction de biens et de locaux à la suite de guerres ou de troubles civils, les taxes discriminatoires à l’importation et l’exportation et tant d’autres encore. La Banque mondiale a financé les capitaux de départ à hauteur de 105 millions Usd.
Pour renforcer la sécurité des investissements, La Grande Ile compte également poursuivre les signatures d’Accords de promotion et de protection des investissements (Appi) avec d’autres pays. “Nous avons déjà signé sept Appi jusqu’à ce jour”, confirme le ministre. “Cinq autres sont en cours de négociation et un sixième en attente de signature”, continue-t-il. La France, la Chine, Maurice, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, le Luxembourg et l’Opep figurent sur la liste.

Extrait l’Express de Madagascar – Edition n° 3611 du 22-01-2007