La saison touristique 2007 s’annonce plutôt bien pour les entreprises du secteur. De source auprès d’un tour operator de la capitale, le niveau de réservations enregistré au sein de ces entreprises atteint déjà un taux de 50% en ce début d’année. Cependant, ces professionnels d’affirmer qu’il n’y a pas encore à s’exciter puisque ce ne sont encore que des réservations.
Quoi qu’il en soit, certains professionnels du tourisme affirment qu’à cette époque de l’année, atteindre un taux de réservation de 50% augure une très bonne saison. Un opérateur avait même confié qu’il avait déjà deux réservations pour le mois de novembre 2008. Par ailleurs, ces opérateurs font savoir que de nouveaux partenaires internationaux, se sont joints à ceux qui travaillaient déjà avec les entreprises locales.

Efforts
Cette avance sur le niveau de réservation des touristes semble confirmer le nouveau statut que Madagascar a acquis l’an dernier : celui d’une destination émergeante. Plus d’un s’accorde à dire que les efforts personnels menés, chacun à leur niveau, par les professionnels du secteur combinés aux campagnes de promotion de la destination entreprises à l’échelle planétaire par les différentes parties prenantes du tourisme, commencent à avoir des retombées positives pour la Grande île. Faut-il rappeler que déjà, lors du Salon professionnel Top Resa de Deauville en septembre 2006, nombre de magazines spécialisés tourisme avaient parlé de la destination Madagascar. Des campagnes, qui forcément, ont profité à la Grande île.

Programmation
Mais cette année encore, les professionnels du tourisme, notamment ceux qui vendent la destination à l’étranger se disent confrontés à un problème de surbooking au niveau des hôtels. Pour résoudre ce problème, du moins en partie, une responsable de tour opérateur de la place explique que les entreprises de voyages essaient d’étaler l’arrivée de leurs clients sur toute l’année. «Certes, il y a les vacanciers qui viennent pendant la haute saison mais l’on essaie toujours de programmer la venue des clients», devait-elle ajouter. Et de poursuivre : «Cette programmation permet de pallier en partie les problèmes liés à l’insuffisance d’infrastructures d’accueil à Madagascar»

Mais il faut reconnaître que la meilleure solution pour résoudre ce problème d’infrastructures est de laisser venir les investisseurs étrangers. Madagascar, faut-il encore le rappeler, intéresse les grands groupes comme Club Med ou Accor. Par ailleurs, les professionnels du secteur se félicitent de l’arrivée de Legacy Hotels and Resorts, la compagnie sud-africaine qui a repris Nosy Iranja.

Extrait MIidi Madagascar – 15/01/2007