Le peuple Malgache est de tradition orale et les "KABARY", discours et joutes oratoires occupent une place centrale lors des grands évènements qui ponctuent la vie du Malgache.

"FAKA SY KOLO MIKABARY 21.3",  de HANITRA ANDRIAMBOAVONJY et GASSTSARA RAKOTONDRANDRIA, le premier livre de "KABARY" en français et en malagasy,  a fêté le premier anniversaire de sa parution le 16 décembre dernier.

J’ai plongé avec délices dans la lecture de ce petit ouvrage et ne résiste pas au plaisir de vous présenter nos voeux "à la malgache" au début de cette année 2007.

"…

                         A vous parents et aînés, Puissiez-vous être comme le pisé du mur  de clôture, s’élevant bloc par bloc vers le sommet  ! Puisque vous  êtes à la fois le soleil et la lune, la source de votre descendance,  Puissiez-vous vivre longtemps heureux avec vos enfants, et les enfants de vos petits-enfants ! Puissiez-vous vous réjouir avec toutes saveurs et dans l’opulence, santé et prospérité ! 

                        A vous jeunes gens, garants de l’avenir, Puissiez-vous réaliser jusqu’au bout, ce que vous envisagez de faire ! Puissiez-vous accomplir pleinement ce que vous rêvez d’atteindre, pour le bien-être et la prospérité de tous, et en conséquence : Puissiez-vous gagner sans cesse en honneur et dignité pour la gloire de notre "Matrie" !

                        Quant à vous jeunes enfants, repousses de la forêt, regains de la rivière, vous qui nous remplacerez demain, après-demain. Puissiez-vous  grandir comme des plants de songes dépassant les bananiers ; vous élever comme le "sakely" dépassant le "joro" ! Puissiez-vous être doux, attirant savoir et sagesse ! Puissiez-vous être amers, repoussant indolence et paresse, vous efforçant sans relâche d’atteindre le bien et le beau ! Puissiez-vous rester proches des riches et des fortunés, comme vous bientôt sans tarder !

                         Pour finir, et pour tous et chacun de nous, Puissent les voeux et bénédictions nous atteindre pleinement !

                         Par ailleurs, il n’est  guère gracieux de faire le bien dans le coeur, et en parole uniquement. Il est juste et bon que nous venions vous saluer avec nos voeux et souhaits certes, et aussi, vous offrir le "Croupion d’honneur". C’est comme du miel à mi-hauteur de cuisse, c’est notre coeur qui offre qui comble l’autre moitié. Puissiez-vous être bons comme le riz, inaltérables et doux comme la canne à sucre et invulnérables, tenus éloignés du mal, gardés proches du bien et du beau.

                        Et nous déclarons  :

"Puisse cette année se révéler une année de belle moisson, de fruits aux saveurs succulentes, en abondance et en opulence".

                        Chers amis, Mesdames et Messieurs, Je vous remercie.

…"