Vu sous une autre perspective

Si la sécurité alimentaire comme celle économique sont critiques dans le Grand Sud de Madagascar, de Fort-Dauphin à Tuléar, cette partie de l’Ile dispose d’une forte potentialité en matière touristique. Faune, flore, lac, et autres peuvent être citées. Ainsi, l’itinéraire, qui relie Fort Dauphin à la piste côtière permet à ses usagers de découvrir à quel point ce coin est paradisiaque.
    Le lac Lanirano est le lieu où il faut passer, pour prendre le bateau et de ce fait pour rejoindre par des bras de rivières le lac Ambavarano. C’est après qu’on passe au village des pêcheurs d’Evatra, un village qui est décoré par les immenses bancs de sable. Les forêts de Ravinala, les oreilles d’éléphants et quelques hérons cendrés font de cette traversée une merveille. Les népenthès, qui ne sont autres que de plantes carnivores de Madagascar, marquent également les chemins, menant aux criques de Lokaro et à ses plages tropicales de sable blanc.
    
La réserve privée de Nahampoana
    Une réserve privée, à Nahampoana au Nord du lac Lanirano, fait aussi la réputation de cet itinéraire. C’est une ancienne station d’acclimatation du dix-neuvième siècle où de nombreuses espèces végétales ont été importées d’autres pays tropicaux. Maintenant, elle est gérée par Air Fort Services. Un mélange d’espèces animales et végétales endémiques y sont à découvrir. Un réel jardin tropical où, sur le plan végétal, les épices, les arbres fruitiers, les bambous et les palmiers occupent le lieu. Et sur le plan animal trois espèces de lémuriens dont le Lemur Catta, le Prophitèque de Verreaux et le Lemur Fulvus peuplent la réserve. En plus de cela, les reptiles, les oiseaux ainsi qu’un parc à crocodile sont à admirer.
    Si on reprend la destination à Fort Dauphin, on peut choisir de faire une marche sinueuse d’une heure et demie, pour rejoindre le Pic Saint Louis, histoire de jouir du panorama. On peut y observer d’est en ouest Saint Luce, les îles Lokaro, la pointe Evatra, l’anse Dauphine, la pointe Libanona, la baie des Galions, le cap Ranavalona, le lac Vinanibe…Ce sont des richesses qui font la spécificité de cette partie. De là, parcourir quelques kilomètres dans les pistes de sable pourrait emmener les visiteurs vers le lac immense bordé d’un village de pêcheurs. Et découvrir à nouveau une plage de sable blanc, un endroit qu’admirent les sportifs de glisse.

Extrait La Tribune de Madagascar N° 5437 : Vendredi 15 Décembre 2006